Après la Somme, l'Aisne et l'Oise, le seuil d'alerte pollution a été franchit dans un nouveau département le Nord Pas de Calais. La pollution aux particules fines devient un véritable souci de santé public. Une étude de l'INSERM publiée ce matin montre qu'un écolier sur trois est exposé à des polluants atmosphériques dans la cour ou les salles de récréation à un niveau potentiellement dangereux, au delà des valeurs de référence établies par l'organisation mondiale de la santé.

Isabella Annesi-Maesano, directrice de recherche à l'Institut nationale de la santé et de la recherche médicale a dirigé cette étude menée auprès de plus de 6600 élèves. Elle est interrogée par Angélique Bouin.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.