Les Etats-Unis ont envoyé deux navires de guerre et une troupe d'élite anti-terroriste des Marines en Libye mercredi après l'attaque du consulat américain de Benghazi qui a fait quatre morts la veille dont l'ambassadeur en Libye. Les autorités américaines enquêtent pour savoir si les violences étaient une réponse à un film amateur ridiculisant le prophète Mahomet, réalisé par un Israélien vivant en Californie, ou un complot destiné à coïncider avec l'anniversaire des attentats du 11-Septembre. Un premier destroyer, le USS Laboon, s'est positionné au large de la Libye mercredi, tandis qu'un deuxième, le USS McFaul, était en route, ont déclaré des responsables américains. Le nombre de destroyers de la marine américaine en Méditerranée devait ainsi passer de quatre à cinq. Ces bâtiments de guerre sont armés de missiles de croisière Tomahawk. Environ 50 soldats stationnés dans une base militaire en Espagne devaient se rendre initialement à Tripoli, et non Benghazi, afin de protéger les bâtiments diplomatiques appartenant aux Etats-Unis, selon des responsables américains qui ont requis l'anonymat. Ils appartiennent à une troupe d'élite baptisée FAST (Fleet Antiterrorism Security Team) qui a pour mission de répondre rapidement à des menaces anti-terroristes et renforcer la sécurité dans les ambassades. L'attaque, perpétrée le jour du 11e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center de New York, avait initialement été comprise comme une réponse au film amateur "Innocence of Muslims" (l'innocence des musulmans) publiée sur le site de partage de vidéos YouTube. Mais un responsable de l'anti-terrorisme américain, qui a requis l'anonymat, a estimé que l'attaque de Benghazi était "trop coordonnée ou professionnelle" pour être née spontanément. L'attaque a été un "acte de type militaire planifié, coordonné et bien exécuté", a déclaré pour sa part le président de la commission du renseignement de la Chambre des représentants, Mike Rogers. "Lorsque vous voyez (une telle attaque), ce n'est pas quelques gars qui avaient quelques armes dans leur garage et qui se sont dit, allons tirer sur le consulat", a déclaré M. Rogers dans un entretien mercredi.

Une enquête est en cours

Fabienne Sintes

Par ailleurs, la sécurité des représentations diplomatiques américaines a été renforcée dans le monde entier après ces événements. Barack Obama a promis mercredi que "justice serait faite" après l'attaque de Benghazi. Le président libyen par intérim Mohammed el-Megarif a quant à lui présenté des excuses "à l'Amérique, au peuple américain et au monde entier" après cette "lâche" attaque.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.