Les forces progouvernementales libyennes se sont emparées mercredi du centre de commandement de l’organisation Etat Islamique à Syrte.

Des forces alliées au gouvernement d'union nationale, lors d'une bataille contre l'EI, le 15 juillet 2016 à Syrte.
Des forces alliées au gouvernement d'union nationale, lors d'une bataille contre l'EI, le 15 juillet 2016 à Syrte. © Reuters / Goran Tomasevic

C’était un point stratégique dans la libération de la ville de Syrte, en Libye : le Centre de conférences de Ouagadougou, qui était jusqu’alors tenu par les combattants du groupe Etat islamique, a été repris ce mercredi par les militaires libyens: "Nos forces ont le contrôle total de l'ensemble du complexe Ouagadougou, elles ont même progressé au-delà", s’est félicité Rida Issa, porte-parole du centre de presse des forces du gouvernement d’union nationale. Un complexe qui servait de centre de commandement à l’EI.

La libération de Syrte progresse

Les forces ralliées au gouvernement d'union nationale avaient annoncé plus tôt dans la journée de mercredi avoir repris le site de l'université ainsi que l'hôpital de la ville côtière.

La « libération » de Syrte, dont l’EI a pris le contrôle en juin 2015, sera annoncée une fois repris plusieurs secteurs encore aux mains de djihadistes.

Dimanche, les forces du gouvernement d’union nationale avaient annoncé le début du « compte à rebours » pour donner l’assaut « final », avec le soutien aérien américain.

La campagne pour la reprise de Syrte, dont l'EI a fait son fief en Libye, avait été lancée en mai dernier par les forces qui soutiennent le gouvernement d'accord national (GNA) de Fayez Seraj, soutenu par les Nations unies. Le 9 juin, les forces gouvernementales étaient entrées dans Syrte, mais leur offensive avait été ralentie par les snipers, les mines et les voitures piégées des djihadistes.Le 1er août, les Etats-Unis entamaient une campagne de frappes aériennes d'appui.

Syrte est depuis l'an dernier la base la plus importante de l'EI hors de Syrie et d'Irak.