Isabelle Falque-Pierrotin, président de la Cnil
Isabelle Falque-Pierrotin, président de la Cnil © Maxppp

Plus de 6.000 plaintes enregistrées en 2012 par la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) : décidément les Français font de plus en plus attention à ce que deviennent leurs données personnelles. En particulier sur leurs smartphones.

La Cnil est de plus en plus sollicitée. Depuis sa création en 1978, les données informatiques ont explosé, et elles peuvent nourrir toutes sortes d'utilisations frauduleuses ou liberticides. Mais surtout, on le sait de plus en plus... et on s'en plaint. En 2012, la Cnil a battu son record de plaintes enregistrées (6.017 au total, soit 4,9% de plus qu'en 2011).

Les nouveaux outils en ligne et les smartphones sont au coeur de ces nouvelles plaintes.

Les explications d'Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de la Cnil.

Pour elle, cette forte activité vient de "la sensibilité de nos concitoyens à la protection des données personnelles". L'opposition à figurer dans un fichier, tous secteurs confondus, constitue le principal motif de saisine de la Cnil(46% des plaintes reçues).

La Cnil a aussi deux nouvelles missions depuis 2011 : contrôler la vidéoprotection (170 contrôles en 2012), mais aussi des violations de données personnelles constatées par les opérateurs de communications électroniques.

Pour quel résultat ?

En 2012, la Cnil a mené 458 contrôles (+19%) et adopté 2.078 décisions (+5,5%). Elle a procédé à 43 mises en demeure, 9 avertissements et 4 sanctions financières.

Des sanctions qui "restent dissuasives, mais nous devons nous situer plus en amont" pour aider les différents acteurs à se mettre en conformité avec les exigences légales relatives aux libertés, souligne Isabelle Falque-Pierrotin.

La Cnil joue aussi sur la prévention, avec des fiches pratiques, et un guide de la sécurité informatique, pour informer les utilisateurs. Elle proposera prochainement un "pack de conformité" pour les gestionnaires de logements sociaux.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.