l'insee anticipe une nouvelle hausse du chômage au 1er semestre 2013
l'insee anticipe une nouvelle hausse du chômage au 1er semestre 2013 © reuters

La croissance de l'économie française s'est contractée de 0,3% au quatrième trimestre 2012, selon le dernier rapport de l'Insee. On y apprend aussi que la baisse du pouvoir d'achat a poussé les Français à grignoter sur leur épargne. L'institut revoit en hausse de 0,1 point, à +0,2%, la performance du troisième trimestre, le seul de l'année qui ait connu une évolution positive. Mais il confirme néanmoins sa première estimation d'une croissance nulle sur l'ensemble de 2012, venant après celle de 1,7% enregistrée en 2011. Pour le quatrième trimestre, la contribution de la demande intérieure finale (hors stocks) à la croissance est revue à -0,1 point contre 0,0 en première estimation. La variation des stocks est confirmée à -0,4 point et la contribution du commerce extérieur révisée +0,2 point contre +0,1 initialement estimé, les importations (-1,2%) ayant plus reculé que les exportations (-0,6%).

Les ménages dépensent (un peu) moins

Annoncée initialement en hausse de 0,2%, les dépenses de consommation des ménages ont diminué de 0,1% sur le dernier trimestre. Mais la baisse de l'investissement a été revu à -0,8% (-1,0% en première estimation), le recul de l'investissement des entreprises non financières étant révisé au même niveau (-1,2% initialement). L'Insee fait état par ailleurs d'une baisse de 0,8% du pouvoir d'achat des ménages au quatrième trimestre, après une stagnation confirmée au troisième. Celui-ci recule de 0,4% sur l'ensemble de 2012, accusant ainsi sa première baisse annuelle depuis 1984. Cette évolution tient pour l'essentiel à la hausse des impôts sur le revenu et le patrimoine (+7% au T4 après +4% au T3), qui s'est accompagnée d'une hausse des cotisations sociales (+2,0% après +0,7%).

Puiser dans l'épargne

La consommation ayant été plus dynamique que les revenus, les ménages ont puisé dans leur taux d'épargne qui s'est inscrit à 15,6% en fin d'année, contre 16,2% au 3e trimestre. Sa moyenne sur 2012 a été de 16%, en recul de 0,2 point par rapport à 2011.

Les explications de Véronique Julia.

Du côté des entreprises, le léger redressement des taux de marge amorcé au deuxième trimestre ne s'est pas confirmé, l'indicateur ressortant à 27,7% au quatrième trimestre, en baisse de 0,5 point, pour revenir au même niveau qu'au premier. Sur l'ensemble de 2012, il s'inscrit en moyenne à 27,9%, soit un plus bas depuis 1985, contre 28,5% en 2011.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.