Les six candidats à la primaire socialiste n'ont pas hésité à marquer leurs différences, notamment sur la question des licenciements. Un contraste avec le premier débat du 15 septembre, beaucoup plus policé.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.