La ministre des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem et le ministre du Travail Michel Sapin annoncent aujourd'hui une série de mesures pour lutter contre les inégalités homme-femme au travail. Quarante ans après la première loi sur l'égalité salariale homme-femme, les femmes gagnent toujours 25% de moins que les hommes et sont les plus touchées par le temps partiel subi.

Deux mesures majeures sont annoncées aujourd'hui :

  • Des sanctions pour les entreprises qui n'ont pas encore ouvert de négociation sur l'égalité hommes-femmes . En vertu d'une loi de 2006, les sociétés de plus de 300 salariés sont obligées d'ouvrir des négociations sur les réductions des écarts de salaire notamment. Jusqu'à maintenant, seules 1/3 d'entre elles l'ont fait. Les sanctions financières existent déjà mais sont peu appliquées jusqu'à présent. Le gouvernement va les mettre en oeuvre dès la fin de l'année. Il pourra en coûter jusqu'à 1% de sa masse salariale à une entreprise. Un décret d'application devrait être révisé en ce sens fin octobre.

  • Le congé parental : 650.000 femmes en prennent un chaque année. Le gouvernement propose de raccourcir sa durée actuelle de trois ans et de mieux rémunérer le forfait de 566 euros par mois . Une négociation avec les partenaires sociaux va commencer le 21 septembre et finira début mars 2013. S'ajoute à cette mesure 18 millions d'euros pour des expérimentations qui seront menées dans huit régions pilote pour accompagner notamment les femmes avant la fin de leur congé parental.

Les précisions de Laetitia Saavedra

La réaction de Françoise Milewski, économiste à l'OSCE

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.