pilule
pilule © CC / mr.paille

La ministre de la Santé Marisol Touraine a annoncé à la mi-septembre la fin du remboursement par la Sécurité sociale de ces pilules, qui ne devait prendre effet qu'à compter du 30 septembre 2013.

La décision vient de tomber, la fin du remboursement avancé au 31 mars 2013.

Ces décisions interviennent suite à la plainte de Marion Larat, une jeune femme lourdement handicapée après un AVC qu'elle impute à la pilule de troisème génération, Meliane.

Selon ses avocats, les plaintes de 30 autres femmes seront déposées début janvier.

Ces démarches judiciaires viennent relayer des critiques contre les pilules contraceptives de troisième génération, notamment aux Etats-Unis, où 13.500 plaintes ont été déposées contre la pilule YAZ, également du laboratoire Bayer.

Valérie Cantié

L'agence française du médicament a lancé plusieurs alertes dans le passé sur les risques thrombo-emboliques des pilules de troisième et quatrième générations. Ces pilules sont prises aujourd'hui par 1,5 à 2 millions de femmes en France. Elle vient par ailleurs de lancer une mise en garde auprès de 80.000 professionnels de santé pour qu'ils révisent à la baisse leurs prescriptions.

Pourquoi cette pilule est-elle toujours autant prescrite aujourd'hui. Selon la revue Prescrire, une publication totalement indépendante, les spécialistes sont influencés dans leur prescription par les visiteurs médicaux donc par les firmes pharmaceutiques

Docteur Bruno Toussaint directeur éditorial de la revue Prescrire interrogé par Valérie Cantié.

Des concertations se déroulaient mercredi en vue d'une réunion formelle entre l'agence du médicament ANSM et les représentants des prescripteurs des pilules de 3e et de 4e génération dans les prochains jours.

L’Agence nationale de sécurité du médicament veut limiter les conditions de prescriptions et les réserver aux femmes pour lesquelles ce genre de pilule présente vraiment un avantage

Le Professeur Maraninchi, directeur général de l'ANSM, l'Agence nationale de sécurité du médicament était l'invité de Claire Servajean

.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.