Malgré l'annonce d'une rencontre mercredi avec François Hollande, les policiers poursuivent leur mobilisation.

Rassemblement nocturne de policiers parisiens
Rassemblement nocturne de policiers parisiens © Maxppp / Nicolas Kovarik

Mercredi 26 octobre, le chef de l'Etat François Hollande recevra à l'Elysée les syndicats de policiers. Un rendez-vous crucial dans un contexte particulièrement tendu : les forces de l'ordre se sentent délaissées et réclament plus d'effectifs et de moyens. L'année écoulée a été marquée par des attentats, mais aussi plus récemment par une attaque au cocktail Molotov contre quatre agents à Viry-Châtillon (Essonne). De quoi susciter l'exaspération des policiers qui manifestent soir après soir dans les rues de la capitale.

Ce mouvement de contestation, qui échappe d'ailleurs aux syndicats, continue. La base, c'est-à-dire les policiers d'Ile-de-France, appelle à manifester ce mercredi à 14 heures, devant l'Assemblée nationale. Une mobilisation qui aura donc lieu quelques heures avant la rencontre entre le président de la République et les syndicats. Les policiers ont même rédigé une lettre ouverte aux ministres et aux députés. Ils réclament "un dialogue" et affirment que "les responsables syndicaux de [leur] institution ne sont pas les interlocuteurs à privilégier pour l'apaisement de ce conflit" :

Des policiers exaspérés écrivent une lettre ouverte aux ministres et députés.
Des policiers exaspérés écrivent une lettre ouverte aux ministres et députés. © Des policiers en colère
Les policiers continuent leur mobilisation
Les policiers continuent leur mobilisation © L'affiche des policiers

Les syndicats appellent, eux, à se rassembler, chaque mardi, devant les palais de justice, de 13 heures à 13h30.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.