Pour la première fois depuis son retour en Syrie, Edith Bouvier, notre consœur du Figaro, a décidé de parler. Bloquée près de dix jours à Homs, ville martyre, elle raconte la violence de la répression, un an jour pour jour après le début du soulèvement.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.