coup d'envoi du baccalauréat
coup d'envoi du baccalauréat © reuters

Et si les examinateurs des épreuves de français avaient 24 points à distribuer pour obtenir une note sur 20 ? Selon le Figaro et le syndicat Sud, des correcteurs de l'académie d'Orléans-Tours ont reçu des consignes pour surnoter les élèves de première.

Les lycéens de première bûchent aujourd'hui sur l'oral de français, sur fond de polémique. Car selon le syndicat Sud, repris par le Figaro, des consignes ont été données dans l'académie d'Orléans-Tours pour favoriser les moins bons élèves et leur donner un petit coup de pouce.

Vrai ou faux, Emmanuelle Daviet ?

Le syndicat affirme que les professeurs ont été invités à noter sur 24 points, avant de faire revenir artificiellement le total à 20. Bref, un élève ayant obtenu 17 sur 24... obtiendrait au final la jolie note de 17/20.

Le Figaro cite une "grille d'évaluation régionale", émanant de l'inspection d'académie, distribuée aux examinateurs.

"Nous franchissons une limite idéologique inacceptable : il ne nous est plus seulement demandé de faire preuve de bienveillance mais de gonfler les notes de façon officielle afin de faire remonter les scores de l'académie", jugés décevants en 2012, assure le syndicat Sud d'Indre-et-Loire.

L'académie dément

De son côté, Maud Pestel, chargée de communication et des relations presse de l'académie d'Orléans-Tours, nie l'existence de ce "double barème". "Les inspecteurs d'académie de lettres ont strictement respecté les textes nationaux, et ont proposé un outil d'aide à l'évaluation. Plutôt que de repérer des carences, des lacunes, il s'agit de reconnaître davantage les acquis du candidat".

Le Figaro assure de son côté que le document incite les inspecteurs à "penser positif".

Le sujet sera à nouveau évoqué lors d'une réunion du comité technique académique à Orléans. La secrétaire académique du SNES, Emmanuelle Kraemer, assure qu'elle interpellera la rectrice sur ces supposées consignes d'évaluation.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.