Sur l’A9 entre Vendargues et Saint jean de Védas, il y a un radar où l’on peut se faire prendre malgré soi. En fait cette portion gratuite d’autoroute est limitée à 100 km/h. Sauf que le matin de 7h à 9h et le soir de 17h à 19h, la limitation passe à 90 km/h. Dans ce micmac de limitations, se faire prendre est chose commune et inacceptable.

David S. n’est pas le seul à s’être fait flashé au volant et à trouver cela injuste. Comme lui des milliers de conducteurs ont participé à l'opération "Raconte-moi ton radar", menée depuis octobre 2012 par "40 millions d'automobilistes".

Radar
Radar ©

Outre la vitesse variable selon les tranches horaires, ils dénoncent aussi les radars implantés en descente, en sortie d'agglomération ou cachés. Au total 10 situations qui d'après l'association, empêchent la bonne acceptation des radars par l'opinion.

Plutôt que de prévenir les accidents, on les soupçonne de servir à faire du chiffre.

Ecoutez le reportage de Nicolas Raffin

Les limitations de vitesse sauvent des vies

Afin que les radars retrouvent leur dimension pédagogique, le rapport de 32 pages émet 7 propositions telles que multiplier les panneaux de limitations de vitesse dans les zones surveillées.

Ces suggestions doivent être transmises aux parlementaires ainsi qu'au ministre de l'Intérieur.

Toutefois, interrogé par RTL ce matin, Manuel Valls a déclaré qu'il ne "faiblirait pas" et poursuivrait son objectif, à savoir diminuer de moitié le nombre de morts sur la route d'ici 2020, précisément "grâce [...] à la limitation de la vitesse".

D'après les chiffres avancés par la sécurité routière, en 2011, le respect des limitations de vitesse aurait permis de sauver entre 577 et 1281 vies.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.