Le ministre de la Défense Gérard Longuet a déclaré que les ravisseurs de l'otage française morte en Somalie cherchaient "à vendre sa dépouille", précisant toutefois que l'armée française ne mènerait pas de "représailles".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.