Un an après les révolutions tunisienne et égyptienne, les islamistes modérés ont le vent en poupe. Conséquence : les avancées pour le droit à l'égalité des femmes arabes ne sont pas forcément au rendez-vous.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.