Reste un problème de taille : de nombreux riverains, élus locaux et écologistes s'opposent au projet depuis le début.

A Juziers, par exemple, le Maire a fait un sondage auprès de ses administrés. Résultat : 93% de la population est opposé au circuit.

Les riverains multiplient donc les manifestations. Samedi 16 mai, ils étaient près de 600 à défiler sous la pluie dans les rues de Versailles.

__

Parmi eux Denis et Christine . Ils ne trouvent absolument rien à sauver dans ce projet (Yann Gallic)

Le projet ne respecterait pas les principes du Grenelle de l'environnement

Nuisances sonores, gaspillage de l'argent public, les opposants ne manquent pas d'arguments. Sans oublier la question écologique. Le futur circuit doit être en effet construit sur des terres initialement réservées à l'agriculture biologique. Juste au dessus d'une vaste nappe phréatique qui alimente plus de 400 000 habitants.

Une hérésie selon Hélène Danel, la porte-parole du collectif "Flins sans circuit F1" (Yann Gallic)

Manif anti grand prix
Manif anti grand prix © Radio France / Yann Gallic

Le projet du Conseil général se veut écologique et créateur d'emplois

Pour les écologistes, ce projet est donc incompatible avec le Grenelle de l'environnement.

Faux, répond Jean-François Bel, le vice-président UMP du Conseil général des Yvelines, le circuit ne polluera pas plus que l’usine Renault Flins.

Jean-François Bel (Yann Gallic)

Le grand atout du projet, selon Jean-François Bel, c’est d’aider à la préparation de la voiture de demain, ceci grâce au futur circuit de formule 1.

__

Jean-François Bel, le vice-président UMP du Conseil général des Yvelines (Yann Gallic)

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.