Un procès atypique s'est ouvert ce matin devant le tribunal correctionnel de Paris, qui doit dire si la vente de sextoys à moins de 200 mètres d'une école viole ou non la loi française.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.