Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, défend aujourd'hui devant l'Assemblée nationale le traité budgétaire européen qu'il espère faire adopter sans les voix de droite et malgré l'hostilité d'une gauche qui présente ce texte comme un carcan d'austérité. Cyril Graziani.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.