Quatre mois après le siège de l'immeuble où vivait Mohammed Merah, les voisins du forcené n'ont pour le moment pas été remboursés. Ils vivent au milieu des impacts de balles et des stigmates laissés par les forces du RAID. Corinne Cutilla.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.