L'idée a été évoquée hier par la ministre de l'écologie Delphine Batho. Pas de pastille verte, mais des voitures qui pourraient être équipées d'une sorte de badge qui leur interdiraient l'accès aux portions de certains centres-villes.

L'idée c'est bien sûr de lutter contre la pollution atmosphérique. La France est confrontée à la menace de lourdes amendes européennes en raison de la mauvaise qualité de l'air, d’où l’adoption d’un "plan d'urgence" en 38 points qui cible les six millions de véhicules anciens qui contribuent à environ 30% des émissions de particules des véhicules particuliers et 20% des émissions d'oxydes d'azote.

Mais interdire les voitures qui polluent le plus, ça veut souvent dire interdire les vieilles voitures et donc chasser les moins riches des centres-villes.

Les explications de Kévin Blondelle

Le plan d'urgence présenté évoque aussi la possibilité de réduire la vitesse sur certains axes à forte fréquentation, comme sur le périphérique parisien.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.