Les voitures essence ou diesel immatriculées avant 1997 devront rester au garage. La capitale lance "l’acte II" de son plan de lutte contre la pollution de l’air.

Les champs Elysées
Les champs Elysées © Maxppp / NCY

A partir du premier juillet les propriétaires d’une voiture immatriculée avant 1997 devront se déplacer autrement ! Ils ne pourront plus rouler en semaine de 8h à 20h avec leur véhicule dans Paris intra-muros, sauf sur le périphérique ou dans les bois. Interdiction similaire pour les camionnettes immatriculées avant le premier octobre 1997 et les motos d'avant le premier juin 1999. En cas de non-respect, la contravention sera de 35 euros cette année, puis 68 euros à partir de l’an prochain. Les voitures de collections bénéficieront d’une dérogation, si leurs propriétaires détiennent une carte grise de collection.

Nous voulons restreindre la pollution dans Paris en semaine et nous offrons des alternatives en terme de mobilité explique Christophe Najdovski, Maire-Adjoint de Paris, chargé des transports et de l'espace public

Qui est concerné par les restrictions de circulation dans Paris ?
Qui est concerné par les restrictions de circulation dans Paris ?

Objectif diviser la pollution par deux d’ici 2020

Avec cette restriction, c’est une nouvelle étape du plan pour améliorer la qualité de l’air lancé par la mairie de Paris l’an dernier. L’objectif c’est de « diviser par plus que deux » la pollution d’ici 2020 et atteindre les valeurs définies par l’Organisation mondiale de la santé explique Christophe Najdovski, Maire-Adjoint de Paris, chargé des transports et de l'espace public. Alors que 90% des parisiens sont exposés à des niveaux d’oxyde d’azote supérieur aux valeurs limites de l’union européenne, le trafic routier est responsable de « 62% des émissions de dioxyde d'azote et de 55% d'émissions de particules en Ile-de-France » selon lui. Une pollution qui ferait perdre six à huit mois d’espérance de vie explique un adjoint Europe Ecologie les Verts de la mairie de Paris. L’an prochain, le plan parisien pour la qualité de l’air prévoit d’interdire les véhicules uniquement diesel d’avant 2001.

Entre 1 et 3% des voitures sont concernées à partir du premier juillet , soit environ 10.000 véhicules sur les 600.000 qui roulent dans Paris. L'an prochain ce sont 17.000 voitures supplémentaires qui seront concernés dit Christophe Najdovski, Maire-Adjoint de Paris, chargé des transports et de l'espace public

Des aides pour se séparer de son véhicule

La ville de Paris propose des aides aux parisiens qui voudraient se séparer de leur véhicule désormais interdit de circulation, sans en racheter de nouveau pendant cinq ans. Ils pourront bénéficier de 400 euros pour un forfait Navigo et un abonnement annuel à Velib’ ou l’achat d’un vélo. Autre avantage : 50% de réduction sur un abonnement autolib’. Pour les petits entrepreneurs parisiens et de la petite couronne, ils pourront obtenir une aide jusqu’à 9.000 euros pour l’achat d’un véhicule électrique ou qui roule au gaz naturel. Certains s’opposent à ces mesures comme l’association 40 millions d’automobilistes qui accusent la mairie de pénaliser les plus défavorisés en leur retirant le droit de circuler et en faisant baisser la valeur de leur voiture. Une requête devant le tribunal administratif pourrait être déposée. La fédération française des motards en colère appelle même les usagers à la désobéissance civile.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.