[scald=216625:sdl_editor_representation]par Simon Carraud

PARIS (Reuters) - Le Paris Saint-Germain a vécu dimanche une soirée de gala au Parc des Princes avec une victoire 2-0 contre le rival historique, l'Olympique de Marseille et les premières minutes de jeu de David Beckham sous ses nouvelles couleurs.

Pour compléter le casting, le Brésilien Ronaldo a donné le coup d'envoi fictif et son compatriote Lucas a presque inscrit son premier but en Ligue 1, finalement attribué à Nicolas N'Koulou contre son camp.

Zlatan Ibrahimovic a offert un bouquet final aux supporters parisiens sous la forme d'un deuxième but dans les arrêts de jeu et fait par la même occasion un peu oublier un match en demi-teinte.

Le PSG a ainsi gardé ses distances avec l'Olympique lyonnais qui était provisoirement revenu à égalité de points dans l'après-midi après sa victoire 3-1 à domicile contre Lorient.

Au soir de la 26e journée, Carlo Ancelotti et ses joueurs totalisent 54 points, contre 51 pour les Lyonnais et 46 pour l'OM dont la place sur le podium ne tient plus qu'à un fil.

Parmi les stars parisiennes, seul "Ibra" a finalement vécu une soirée plutôt maussade. Il a souvent gâché les occasions qui se présentaient à lui, notamment à la 36e minute lorsqu'il a reçu un ballon d'Ezequiel Lavezzi sans réussir à tirer.

Les autres Parisiens ont joué comme ils savent le faire cette saison en contre-attaques foudroyantes, Ezequiel Lavezzi et Lucas étant toujours dans les starting-blocks, prêts à jaillir sur une ouverture de Javier Pastore.

Le plan a failli fonctionner dès la deuxième minute mais le poteau a sauvé in extremis le gardien Steve Mandanda et toute son équipe.

OVATION POUR DAVID BECKHAM

A peine six minutes plus tard, les Parisiens ont investi en nombre la surface de réparation marseillaise. Lucas a alors décoché une frappe a priori peu dangereuse, mais son tir a été dévié successivement par Joey Barton et Nicolas N'Koulou. But (11e).

En face, les joueurs d'Elie Baup ont davantage tenté de construire le jeu. Visiblement plus patients, ils ont attendu une tête de Barton sur un centre de Rod Fanni à la 30e minute pour voir leur premier tir cadré.

Foued Kadir (31e) puis Mathieu Valbuena (41e) sur coup franc ont à leur tour essayé de refroidir le Parc des Princes mais se sont heurtés à chaque fois au même homme: le gardien Salvatore Sirigu.

André-Pierre Gignac a, quant à lui, tenté une "bicyclette" dans la surface de réparation 16 minutes après le retour des vestiaires mais Salvatore Sirigu était encore là.

A un quart d'heure de la fin, Javier Pastore a cédé sa place au numéro 32, un certain David Beckham. Ovationné une première fois cinq minutes avant le coup d'envoi, l'Anglais a eu de nouveau droit à un hommage du Parc au moment d'entrer en jeu.

L'ancien milieu de terrain de Manchester United et du Real Madrid n'avait plus joué de match depuis sa dernière apparition avec le Los Angeles Galaxy le 1er décembre et avait eu besoin de quelques semaines de remise en forme.

Le "Spice boy" n'aura pas eu le temps de se montrer décisif mais peu importe: le PSG a tout de même réussi la fête préparée pour lui.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin

Mots-clés :
Derniers articles
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.