PARIS (Reuters) - Loin d'abdiquer dans la course au titre après trois matches sans victoire en Ligue 1, le Paris Saint-Germain a trouvé les ressources suffisantes pour remporter face à Marseille (2-1) le choc de la 31e journée dans son fief du Parc des Princes.

Les Parisiens font coup double: non seulement ils reviennent à égalité de points avec Montpellier -63- au sommet du classement, mais ils effacent aussi le souvenir de la déroute du match aller au stade Vélodrome (3-0) en novembre.

Rarement fringants, les Parisiens se sont montrés terriblement réalistes, en ouvrant le score dès la sixième minute grâce à Jérémy Ménez et en reprenant les devants dans la foulée de l'égalisation marseillaise, par l'intermédiaire d'Alex (61e).

Le but d'André Ayew (59e) n'a pas suffi à enrayer la série de onze matches sans victoire toutes compétitions confondues pour l'OM.

Au coup d'envoi, les deux équipes avaient toutes les raisons du monde de partir à l'assaut des cages adverses, mais ce sont les Parisiens qui ont fait le premier pas.

A la sixième minute, Nene déboule sur le côté gauche, avant de servir Christophe Jallet. La volée ratée du Parisien retombe sur Jérémy Ménez, isolé dans la surface, qui profite de l'effet de surprise pour tromper Steve Mandanda.

Cette ouverture du score précoce ne pousse pas immédiatement les Marseillais dans le camp parisien.

Il faut attendre la 27e minute pour voir une frappe dangereuse côté marseillais, celle de Morgan Amalfitano, mais sa tentative passe à côté du montant de Salvatore Sirigu.

De son côté, le PSG s'en remet une nouvelle fois à ses talents individuels. A la 55e minute, Jérémy Ménez adresse une passe lumineuse à Nene, qui manque le cadre.

C'est finalement Marseille qui trouve les filets à la 59e minute. Loïc Rémy adresse une passe de la tête à André Ayew, qui se sert à son tour de sa tête pour marquer (59e).

L'OM DANS LE RÔLE DE L'ARBITRE

Mais deux minutes plus tard, Alex, encore de la tête, prend le dessus sur Alou Diarra à la réception d'un corner tiré par Nene, et redonne l'avantage aux siens (61e).

Dès lors, le sort de la partie est scellé, et la tentative de Benoît Cheyrou, à dix minutes de la fin, passe au-dessus de la transversale de Salvatore Sirigu.

Seule l'exclusion à la 85e de Mohamed Sissoko, qui s'était vu confier le brassard de capitaine en l'absence de Mamadou Sakho, est venue ternir le bilan de la soirée pour les Parisiens (85e).

Son équipe reste à la deuxième place, au jeu de la différence de buts. A défaut de jouer le titre, Marseille joue le rôle d'arbitre, puisque le club auditionnera mercredi Montpellier, l'autre candidat au titre.

La bagarre pour le maintien est tout aussi disputée.

Bien décidés à sauver leur place dans l'élite, Caen et Nice ont trouvé un peu de répit dimanche après-midi en battant respectivement Bordeaux (1-0) et Lorient (2-0), lors de la 31e journée de Ligue 1.

A sept rencontres du dénouement, ces deux résultats font une victime, Lorient, qui tombe au plus mauvais moment dans la zone de relégation, à la 18e place avec 32 points.

Les Caennais, qui occupaient jusque-là le fauteuil peu prisé de premier relégable, ont vite repris leur destin en main devant leur public de Michel d'Ornano en inscrivant un but dès la deuxième minute, sur à une tête de Nicolas Seube.

Les Bordelais, qui ont manqué un penalty de Ludovic Obraniak (14e), poursuivent leur parcours dans l'anonymat, au huitième rang avec 42 points glanés.

Simon Carraud, édité par Jean-Loup Fiévet

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.