PARIS (Reuters) - Sous la menace d'une foule de poursuivants, les Lillois ont montré dimanche soir qu'ils comptaient défendre chèrement leur troisième place de la Ligue 1, qui offre un lucratif strapontin pour la Ligue des champions, en battant Valenciennes (4-0).

Sous les yeux de Roberto Mancini, l'entraîneur de Manchester City venu en spectateur à Villeneuve-d'Ascq, Eden Hazard a hérité du ballon à la 18e minute de jeu avant d'entrer seul dans la surface de réparation et d'ouvrir le score du pied droit.

En dépit de la supériorité lilloise, le derby nordiste n'a véritablement basculé qu'en deuxième période, avec un but contre son camp de Benjamin Angoua (57e) et une tête d'Aurélien Chedjou sur un corner tiré par le même Hazard (69e).

Tulio de Melo a enfoncé le clou sur un nouveau corner d'Eden Hazard à la 83e minute.

Rarement fringant mais terriblement réaliste, Lille a pu compter sur la timidité des attaques adverses. Valenciennes a en effet attendu une frappe de Mamadou Samassa à la 53e minute pour se montrer dangereux.

A dix journées de la fin des hostilités, le champion en titre accuse un retard de neuf points sur le Paris Saint-Germain, tenu en échec à Caen samedi (2-2).

Mais le club reprend surtout ses distances avec les suiveurs, avec trois longueurs d'avance sur Toulouse et quatre sur Lyon et Saint-Etienne au lendemain de la victoire lyonnaise dans l'antre stéphanois de Geoffroy-Guichard (1-0).

Dans l'après-midi, Toulouse avait pris la tête du wagon des prétendants au podium à la faveur de sa victoire à Rennes (1-0).

Dans l'enceinte de la Route de Lorient, le malheureux Romain Danzé a réalisé un superbe lob sur son gardien Benoît Costil en tentant de repousser une frappe d'Emmanuel Rivière juste avant la pause (44e).

"UNE DIMENSION SUPÉRIEURE"

"On a pris confiance en nos possibilités, on a pris une dimension supérieure", s'est félicité Alain Casanova, l'entraîneur toulousain, en conférence de presse après le match.

"Si on peut terminer le plus haut possible, on ne se gênera pas", a ajouté le technicien, sans faire mystère de ses ambitions revues à la hausse.

Parfaitement étrangers à la lutte pour la Ligue des champions, les Sochaliens ont réalisé face à Nice une belle opération en alignant une deuxième victoire consécutive sous la direction du nouvel entraîneur, Eric Hély (2-0).

L'attaque de Sochaux, quasiment muette pendant plusieurs semaines, a retrouvé le chemin des filets grâce à une volée Edouard Butin (45e+1), et une réalisation de l'international Marvin Martin (68e).

Il y a huit jours, Sochaux avait amorcé un début de redressement en coulant 3-2 Evian.

"Le déclic, je pense que c'était la semaine dernière parce qu'on a fait un très bon match à Evian", a commenté Marvin Martin en conférence de presse.

"On continue sur cette lancée. On sait que c'est difficile, mais c'est bien pour le mental, pour la confiance", a poursuivi le milieu de terrain qui espère sauver sa place dans l'élite.

Sur le chemin de la rédemption, les Sochaliens cèdent la place de lanterne rouge à Auxerre et n'accusent plus que deux longueurs de retard sur Caen, le premier non relégable.

Simon Carraud, édité par Jean-Loup Fiévet

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.