l'om gagne in extremis face à troyes en ligue 1
l'om gagne in extremis face à troyes en ligue 1 © reuters

PARIS (Reuters) - L'Olympique de Marseille a longtemps tâtonné et s'est fait peur avant d'imposer sa loi au stade Vélodrome face à Troyes, battu 2-1 au terme d'un match de Ligue 1 qui s'est joué dans les 20 dernières minutes dimanche.

Le but de la victoire a été inscrit à la 82e minute par André-Pierre Gignac, une minute après que son équipier camerounais Nicolas N'Koulou eut égalisé.

Troyes, lanterne rouge à sept points du premier non-relégable, avait ouvert le score à la 70e minute par son capitaine et attaquant brésilien Marcos.

Ce succès permet à l'OM de reprendre la troisième place du classement provisoirement cédé la veille à Saint-Etienne à la faveur de la victoire des Verts 4-0 sur Nice.

En début d'après midi, Lyon avait, pour sa part, laissé passer l'occasion de revenir à égalité de points avec le Paris Saint-Germain, battu 1-0 samedi par Reims, en tête de la Ligue 1.

Lyon reste deuxième avec 52 points, deux de moins que le PSG et trois points de plus que Marseille.

Les Lyonnais, qui restaient sur deux victoires ont été pris à la gorge d'entrée par les Brestois, modestes 15e qui ne se sont plus imposés à domicile depuis le 17 novembre.

Kamel Chafni, qui a hérité du ballon aux abords de la surface, a battu Rémy Vercoutre d'un tir du pied droit dès la huitième minute.

Lyon a eu plusieurs occasions d'égaliser par Clément Grenier, Bafetimbi Gomis et Lisandro Lopez mais Brest a tenu bon avant de céder à la 53e.

Lisandro, bien lancé côté droit par Steed Malbranque, a dribblé Alexis Thébaut avant que Tripy Makonda ne pousse involontairement le centre de l'Argentin dans son propre but.

"DÉCEPTION ET FRUSTRATION" POUR L'OL

"Sur la fin de match, il y a déception, frustration avec nos occasions. Sur l'ensemble, on n'est pas bien entré dans le match. On s'est fait punir", a reconnu Rémi Garde, l'entraîneur de l'OL sur le site du club.

"Le point positif, c'est la bonne réaction, la montée en puissance sur un terrain difficile, indigne de la L1. Un football de plage qui oblige à jouer long, ce qui n'est pas notre jeu."

Au Vélodrome, l'OM a multiplié les occasions sans parvenir à ouvrir la marque et c'est finalement le club de l'Aube qui a ouvert le compteur sur une frappe croisée du droit.

Les Marseillais n'on pas tardé à réagir par N'Koulou d'abord, servi par Modou Sougou, tout juste entré en jeu à la place de Joey Barton, par Gignac ensuite, qui a inscrit son neuvième but de la saison, Sougou étant encore une fois auteur du centre décisif après une passe de Mathieu Valbuena.

"Il y a du soulagement et de la joie. On a eu de nombreuses opportunités de marquer mais on était jamais à l'abri d'un contre. On prend ce but et là, on réagi. Il nous faut des gifles pour réagir", a regretté Valbuena.

Côté troyen, l'heure était évidemment à la déception, à l'image de Jérémie Bréchet.

"J'ai l'impression que les matches se suivent et se ressemblent. Je ne peux pas l'expliquer. On a le match en mains, c'est stupide. Quand on mène à l'extérieur, on ne doit pas lâcher", a dit le défenseur au micro de BeIn Sport.

Jean-Paul Couret et Chrystel Boulet-Euchin, édité par Julien Prétot

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.