[scald=100103:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - A l'image de Montpellier, le leader tenu en échec à Dijon samedi (1-1), les principaux candidats au podium de la Ligue 1, Lille, Marseille et Lyon, n'ont pas réussi à s'imposer lors de la 26e journée.

Jonathan Tinhan a sauvé in extremis (88e) le point du match nul pour les Montpelliérains, toujours invaincus en 2012, après l'ouverture du score dijonnaise de Gaël Kakuta à la 67e minute.

Ce piétinement généralisé au sommet du championnat ouvre un boulevard au Paris Saint-Germain, qui pourra reprendre seul les commandes en cas de victoire face à Ajaccio dimanche (coup d'envoi à 16h00 GMT).

Avec 52 points, les Parisiens sont à deux longueurs de la première place.

Comme Montpellier, Lille a fait du surplace, mais au terme d'un scénario inverse. Après avoir longtemps mené 2-0 grâce à un doublé d'Eden Hazard (34e et 63e), les Lillois ont encaissé deux buts en l'espace de quatre minutes, par Ben Sahar (80e) et Cédric Hengbart (84e).

Comme la semaine dernière face à Rennes (1-1), les Lillois perdent donc dans les ultimes instants une occasion de se mêler à la bagarre pour le titre. Ils conservent toutefois leur place sur le podium, à sept points de Montpellier.

Lyon et Marseille, qui étaient condamnés à l'emporter pour entretenir leurs chances de disputer la Ligue des champions la saison prochaine, se sont tous les deux inclinés, respectivement face à Nancy et Toulouse.

Lyon a perdu 2-0 à Nancy, tandis que Marseille a été surpris par Toulouse sur le score de 1-0. En toute discrétion, les Toulousains intègrent le top 5, en allant s'imposer au Vélodrome grâce à une réalisation d'Aymen Abdennour.

Avec 43 points, ils sont à égalité avec le quatrième, Saint-Etienne, battu à Geoffroy Guichard par Evian 2-0.

Le bas de tableau n'a pas été bouleversé, après les matches nuls d'Auxerre et de Sochaux sur son terrain face à Valenciennes

(1-1).

Les deux anciennes gloires du championnat continuent à fermer la marche, avec 23 points pour les Bourguignons et 21 au compteur des Francs-Comtois.

Bordeaux, qui recevait Nice dans la soirée, avait l'occasion de raccrocher le wagon de tête (coup d'envoi à 20h00 GMT).

Simon Carraud, édité par Tangi Salaün

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.