[scald=96915:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Montpellier s'est emparé au moins provisoirement de la tête de la Ligue 1, grâce à sa victoire 1-0 à domicile face aux Girondins de Bordeaux, lors de la 25e journée du championnat.

Les Montpelliérains ont attendu un but de John Utaka à dix minutes de la fin du temps réglementaire pour empocher trois précieux points, qui leur permettent de mettre le Paris Saint-Germain sous pression.

Dépossédés de leur statut de leader, Carlo Ancelotti et ses joueurs sont condamnés à l'emporter dans la soirée au stade de Gerland, à Lyon, pour retrouver leur fauteuil.

Avec 51 points au compteur, les Parisiens accusent un retard de deux longueurs.

Le dénouement de la rencontre entre les Montpelliérains et les Bordelais, euphoriques après un début d'année en trombe, aurait pu être tout autre, si la barre n'avait pas sauvé Geoffrey Jourdren sur un tir de Ludovic Obraniak à la 22e.

Quatre minutes plus tôt, Younès Belhanda avait trouvé la transversale.

Invaincu depuis le début de l'année 2012, le club héraultais démontre à nouveau qu'il fait figure de candidat crédible dans la course au sacre, six jours après avoir arraché le match nul au Parc des Princes face au PSG (2-2).

Dans le sillage du podium, Saint-Etienne, qui a concédé le match nul à Auxerre 0-0, n'a pas réussi à suivre la cadence imposé par Montpellier.

Ce match nul met un coup d'arrêt à la fulgurante progression des Stéphanois, qui ont bondi à la quatrième place mercredi grâce à une troisième victoire consécutive, face à Lorient (4-2).

Si les Bourguignons peuvent se targuer d'avoir tenu les Verts en échec, ce résultat ne fait pas leurs affaires: ils restent englués dans la zone rouge, avec 22 points, en compagnie de Sochaux et de Nancy, battu 2-0 à Evian.

Après cette défaite, les Nancéiens chutent à la 18e place avec 23 points.

Nice, vainqueur de Caen (1-0), et Ajaccio, qui a dominé Dijon sur le score de 2-1, se donnent en revanche un peu d'oxygène dans la bagarre pour le maintien.

Simon Carraud, édité par Gregory Schwartz

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.