[scald=59767:sdl_editor_representation]par Mike Collett

LONDRES (Reuters) - L'affiche entre Arsenal et l'Olympique de Marseille à l'Emirates Stadium de Londres s'est soldée par un score nul et vierge lors de la quatrième journée de la Ligue des champions, ce qui permet aux deux équipes de rester en tête du groupe F.

Battus sur le fil à domicile par les Gunners il y a deux semaines, les Marseillais ont cette fois réussi à préserver leur cage, mais n'ont pas pu convertir leurs périodes de domination, faute de se montrer adroits dans la finition.

Avec sept points glanés à deux journées du terme des matches de poule, les Marseillais restent à une longueur d'Arsenal et préservent leur deuxième place, synonyme de qualification pour la suite des événements.

Tout nouveau troisième après sa victoire 1-0 sur l'Olympiakos 1-0, le Borussia Dortmund accuse un retard de trois points sur Marseille.

"Sur les deux mi-temps, les joueurs ont réalisé une grosse performance", s'est réjoui l'entraîneur marseillais Didier Deschamps.

"Il ya eu beaucoup de volonté, de détermination, avec des joueurs différents par rapport au dernier match. C'est bien d'avoir pris un point ce soir", a-t-il ajouté.

En pleine convalescence après un début de saison calamiteux, l'OM enchaîne un quatrième match d'affilée sans défaite, après deux victoires en Ligue 1 et une qualification pour les quarts de finale de la Coupe de la ligue.

LES GUNNERS SPECTATEURS

En début de match, les Marseillais présentent le nouveau visage aperçu depuis quelques matches.

Dès les premières secondes, ils se précipitent vers les cages adverses. Une minute après le coup d'envoi, Loïc Rémy, servi par André Ayew, tente une talonnade, qui finit entre les bras du gardien Wojciech Szczesny.

Sans leur capitaine Robin van Persie, mis au repos en début de match après son triplé inscrit contre Chelsea ce week-end (5-3), les Gunners assistent en spectateurs aux offensives marseillaises.

A la 5e minute, André, l'aîné de la fratrie Ayew, manque le cadre de quelques centimètres.

Après ce premier quart d'heure phocéen, les hommes d'Arsène Wenger sortent de leur torpeur et osent approcher les buts de Steve Mandanda. L'ancien lillois Gervinho se charge de lancer les attaques, sans plus de succès que ses adversaires.

Le rythme retombe en deuxième période, et la rentrée de Robin van Persie, privé de ballons, n'y change rien.

A la 77e minute, le Néerlandais, chassé par Souleymane Diawara, tente de lobber Steve Mandanda, mais le gardien arrête la balle.

En face, Morgan Amalfinato, qui a pris la succession de Loïc Rémy, ne se montre pas plus efficace. Le score n'évoluera pas.

Toujours en course pour la qualification pour les huitièmes de finale, l'OM recevra l'Olympiakos, dernier du groupe, le 23 novembre, avant de se déplacer à Dortmund deux semaines plus tard.

Simon Carraud pour le service français, édité par Jean-Loup Fiévet

Mots-clés :

Derniers articles

Monde

#USA2016 : où est Lester Holt ?

vendredi 30 septembre 2016
Sciences

Dernier voyage pour Rosetta

jeudi 29 septembre 2016
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.