Alors que Nicolas Sarkozy a évoqué "deux Europe" après le dernier sommet de Bruxelles, le premier ministre britannique David Cameron s’est expliqué devant son parlement. Pour y défendre la décision de ne pas ratifier le changement de traité

Franck Mathevon

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.