deux mille militaires français actuellement déployés au mali
deux mille militaires français actuellement déployés au mali © reuters

Les principaux chefs d'Etat et de gouvernement d'Afrique de l'Ouest se sont réunis aujourd’hui à Abidjan pour une réunion consacrée au déploiement d'une force d'intervention au Mali.

Pour Laurent Fabius, qui s'est exprimé en ouverture de la réunion, la France "n'a pas vocation à se substituer à l'action de la Mission internationale de soutien au Mali". Le miinistre des Affaires étrangères a affirmé que la force africaine doit se déployer "le plus vite possible, et c'est l'objet de la réunion".

Le chef de la diplomatie française a lancé un appel pour que la communauté internationale fournisse un appui logistique et financier à cette mission africaine.

Les explications de Sébastien Laugénie

Alassane Ouattara, président en exercice de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), a également appelé à une mobilisation internationale "plus large des grandes puissances et du plus grand nombre d'Etats et d'organisations aux opérations militaires afin qu'une plus grande solidarité se noue autour de la France et de l'Afrique dans la guerre totale et multiforme contre le terrorisme au Mali".

A l'issue du sommet, les chefs d'Etat et de gouvernement ont demandé "aux Nations unies de fournir immédiatement l'appuilogistique et financier pour le déploiement de la Misma (Mission internationale de soutien au Mali)", qui doit combattre les groupes islamistes du nord du pays.

Les Etats membres de la Cédéao ont été appelés à cette occasion à fournir "sans plus tarder" les troupes promises à cette force d'intervention.

Laurent Fabius a engagé les pays donateurs à présenter leurs propositions lors d'une conférence internationale prévue le 29 janvier en Ethiopie.

Les premiers soldats togolais et nigérians sont arrivés jeudi à Bamako. Des militaires tchadiens et nigériens, en cours de regroupement au Niger voisin, y sont attendus, ainsi que les Burkinabés.

Le reportage à Bamako de Géraldine Hallot

Dans un premier temps 3.300 soldats africains doivent intervenir et à termes, ils devraient être près de 6000 pour prendre le relais de l'armée française.

2.000 soldats français déployés sur le terrain

Jean-Yves Le Drian a annoncé ce matin que 2.000 soldats français étaient déployés sur le terrain au Mali dans le cadre de l'opération "Serval" pour repousser les islamistes. Le chiffre de 2.500 sera peut-être dépassé, a confié le ministre de la Défense.

L'opération Serval regroupe environ 2.900 militaires, en comptant aussi les soldats français dans les pays voisins.

Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, interrogé par France 3

Les forces françaises et maliennes ont repris hier le contrôle de la ville de Konna. La prise de cette ville par les islamistes, le 10 janvier dernier, avait été l'élément déclencheur de l'intervention de la France.

La sitation est plus confuse concernant Diabali. la ville aurait été reprise selon le colonel malien commandant le secteur et des habitants de la région. Paris ne confirme pas encore l'information.

Les habitants du Nord continuent de fuir par centaines les zones de combats, en particulier vers la frontière mauritanienne où les camps de réfugiés grossissent de jour en jour selon MSF. D'autres vont à l'opposé, au sud, vers Bamako, où ils témoignent des atrocités commises par les islamistes.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.