Hier à la tribune de l'ONU, François Hollande a défendu l'idée qu'il fallait agir urgemment, en Syrie mais aussi au Mali. Sans toutefois mettre les forces françaises en première ligne, car six français sont encore détenus au Sahel. Dominique André

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.