Manifestations à Lisbonne dans plusieurs villes du Portugal contre l'austérité
Manifestations à Lisbonne dans plusieurs villes du Portugal contre l'austérité © REUTERS/Jose Manuel Ribeiro

Des centaines de milliers de personnes –on parle de 400 000– défilent actuellement à Lisbonne, Porto et dans plusieurs dizaines de villes du Portugal, à l’appel du mouvement citoyen "que le FMI aille au diable", pour demander la démission du gouvernement de centre droit et l'arrêt de la politique d'austérité imposée par les créanciers internationaux.

Il s'agit de la plus importante expression de mécontentement depuis le mois de septembre lorsque la rue avait obtenu un assouplissement de la cure de rigueur.

La mobilisation de samedi fait suite à l'adoption de la plus importante hausse des prélèvements jamais enregistrée, au début de l'année.

Le gouvernement portugais avait reconnu le mois dernier qu'une contraction de 1,9% de l'économie était attendue cette année, deux fois plus importante que prévu.

Les protestataires ont défilé avec des bannières portant les slogans "L'Austérité tue" ou "A bas la troïka, le pouvoir au peuple" faisant référence aux créanciers que sont la Commission européenne, la BCE et le FMI.

A Lisbonne, les manifestants ont entonné la "Grândola Vila Morena", reprise en cœur par les manifestants, la voix tendue d'émotion."Grandola", symbole de la "Révolution des œillets" d'avril 1974 qui avait mis fin au régime salazariste de Marcelo Caetano.

Cette chanson est devenue le symbole de la contestation au Portugal après avoir été l'hymne de la Révolution des Œillets de 1974 qui a permis l'instauration de la démocratie sera entonnée à nouveau à la fin de la manifestation et retentir simultanément dans la trentaine de villes du pays ou le mouvement apolitique a appelé à des rassemblements.

Le reportage à Lisbonne d’Olivier Bonamici

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.