mariage gay ok
mariage gay ok © MaxPPP

Ils ont trinqué. Beaucoup, longtemps. Ils ont fêté ça. Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont célébré toute la nuit l'adoption du projet de loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe.

Pour la commauté gay, cette journée d'hier restera un jour historique qu'ils ont tenu à célébrer partout en France... A Paris notamment avec des rassemblements près de l'Hôtel de Ville. Ou bien à proximité de l'Assemblée nationale à l'appel du "Collectif oui oui oui" qui avait organisé un mariage fictif. Effusion et cris de joie. "Fierté", "Egalité". Voici quelques-un des mots entendus dans la nuit.

Le reportage de Nour-Eddine Zidane.

Et juste à côté, des gaz lacrymogènes...

Autre ambiance à quelques mètres de là, celle des affrontements entre les forces de l'ordre et les opposants au mariage gay. Des incidents ont en effet éclaté hier soir dans le centre de Paris. Ils étaient 3.500 à manifester sur l'esplanade des Invalides, selon la préfecture de Paris. Certains masquées,ont provoqué les CRS et gendarmes mobiles, retranchés derrière des grilles fixées à des camions anti-émeutes interdisant l'accès à la rue de l'Université, où se trouve l'Assemblée nationale. Des pétards, bouteilles et autres projectiles ont été lancés sur les forces de l'ordre qui ont répliqué par des jets de gaz lacrymogène pour éloigner les excités.

La police a procédé à au moins "12 interpellations ciblées sur des meneurs ou des auteurs de violences" dans la capitale. Dans un communiqué, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a condamné "avec la plus grande sévérité les nouveaux actes de violence perpétrés."

Le reportage de Sophie-Marie Lemaire, à Paris.

Un jour historique

Les députés ont donc adopté hier solennellement le projet de loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe, par 331 voix pour et 225 contre. Tous les groupes de gauche ont voté la réforme, une des promesses de campagne de François Hollande. Après des mois de débats parfois virulents, de manifestations pour ou contrele mariage pour tous, ce dernier est devenu une réalité dans l'hémicycle. Quelques secondes après l'annonce de la victoire du "oui", les députés de gauche se lèvent et scandent "égalité".

Écoutez l'annonce du résultat du vote par Claude Bartolone.

Guaino et Chatel votent "pour" par erreur

Évidemment l'opposition de droite s'est aussi fait entendre avant le vote. L'UMP et l'UDI (centriste) ont voté contre, à l'exception d'une poignée de ses membres. L'UMP Franck Riester et le centriste Jean-Louis Borloo ont par exemple voté pour. Tout comme les députés UMP Henri Guaino et Luc Chatel, qui ont immédiatement expliqué que c'était une erreur.

Voir le détail des votes des députés sur le site de l'Assemblée nationale.

Les sénateurs UMP et UDI ont eux saisi le Conseil constitutionnel quelques minutes après la suspension de la séance à l'Assemblée.

, Christine Boutin réagit en dénonçant "l'entêtement" du gouvernement et du président de la République : "Grâce au mépris et au mensonge, François Hollande gagne une bataille aujourd'hui et se plie aux activistes LGBT. Mais son entêtement le perdra. En allant trop loin, il a atteint mon but : faire lever une nouvelle génération. Qui ne se taira pas. Jamais. Et prendra le pouvoir. Merci."

La fin du marathon ?

Claude Bartolone face aux opposants
Claude Bartolone face aux opposants © radio-france

Les débats auront été houleux jusqu'au bout, malgré une certaine résignation chez les députés opposants pour cette dernière journée de vote. Il faut dire que jeudi dernier, ils avaient passé près de 24 heures dans l'hémicycle, dans une ambiance électrique, pour discuter une dernière fois du texte.

Peu de temps avant le vote, une poignée de militants contre le mariage pour tous ont tenté de perturber le débat en s'invitant dans les tribunes publiques. Ils ont rapidement été évacués, sous la houlette du président de l'Assemblée, Claude Bartolone, qui a réclamé le départ "des ennemis de la démocratie. Pas de place pour eux dans cet hémicycle".

Ce vote met fin à un long marathon parlementaire engagé le 7 novembre par la présentation du texte en conseil des ministres, son examen du 29 janvier au 12 février par les députés en première lecture, puis l'examen du 4 au 12 avril au Sénat et enfin la seconde lecture par l'Assemblée du 17 au 22 avril. Des débats émaillés d'incidents divers, provoqués en séance par l'opposition UMP, et par des manifestations dans les rues des opposants qui se sont radicalisées au fil des jours. Quant aux partisans du mariage pour tous, ils saluent un vote historique. C'est le cas par exemple du collectif "OUI OUI OUI", qui s'était donné rendez-vous dans la soirée pour célébrer un mariage fictif entre deux femmes, aux abords de l'Assemblée._Écoutez cette militante rencontrée par Nour-Eddine Zidane._
Dans le IVe arrondissement de Paris (près de l'Hôtel de ville), des partisans du projet de loi se sont rassemblés peu de temps après le vote. _Le reportage de Nour-Eddine Zidane._
Plusieurs collectifs réclament déjà une nouvelle étape après le vote du mariage pour les couples de même sexe : l'ouverture des débats sur la Procréation Médicalement Assistée ou PMA.
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.