pas de référendum sur le mariage pour tous
pas de référendum sur le mariage pour tous © reuters

Au quatrième jour de l'examen du projet de loi sur le mariage homosexuel, Christian Jacob, le chef de file des députés UMP, a lu hier, dans l’hémicycle, une lettre de François Hollande. Dans ce courrier le Président déclare que la circulaire Taubira sur la nationalité des enfants nés de mère porteuse ne constitue "en aucun cas une reconnaissance de la gestation pour autrui", à laquelle il se déclare "fermement opposé".

Ce message n’a en aucun cas calmé les opposants au projet de loi sur le Mariage pour tous et la polémique sur les mères porteuses a continué enflammer les débats, retardant l'examen des articles du texte qui, à peine entamé, continuera durant tout le week-end.

Les députés, qui s’affrontent verbalement depuis mardi après-midi à l’Assemblée nationale, ont examiné et rejeté les quelque 130 amendements proposant la suppression pure et simple de l'article 1 du texte, le plus important, celui qui ouvre le mariage aux personnes de même sexe, alors que les députés UMP multiplient les prises de parole, les rappels au règlement mais également les demandes de suspension de séance pour freiner le déroulement du débat.

Quinze jours de débats

Plus de 5.000 amendements en tout ont été déposés sur un projet de loi qui suscite une telle passion que le président de l'Assemblée, Claude Bartolone, a décidé de présider la quasi totalité des séances pour calmer les esprits. Depuis mardi, l'hémicycle enregistre une affluence rare, que ce soit en journée ou en soirée.

Le débat, commencé mardi dernier, est prévu pour une durée de deux semaines, week-ends compris. Un vote solennel sur l'ensemble du texte est prévu le mardi 12 février.

Présente dans les tribunes de l'Assemblée, Frigide Barjot, porte-parole des opposants au projet, a annoncé une nouvelle mobilisation pour samedi "Nous serons devant l'Assemblée nationale, rue de l'Université, et les citoyens vont se réunir dans plus de 95 départements français pour demander que les députés aient la liberté de vote", a-t-elle annoncé, se prévalant du soutien du député (divers gauche) de la Martinique Bruno-Nestor Azerot.

Tous les groupes de gauche sont favorables au "mariage pour tous", une demi-douzaine d'élus de gauche devrait toutefois s'abstenir ou voter contre.

Une dizaine de députés l'UMP ou de l'UDI devraient voter le projet de loi. Dans une tribune publié dans Le Monde daté de samedi, plusieurs dirigeants de l'UDI ont exprimé leur soutien à la réforme sous le titre "Disons oui au mariage gay".

Derniers articles
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.