La ministre de la Santé a demandé une "enquête exceptionnelle" après le drame à la maternité de Port-Royal à Paris vendredi. Une femme a perdu l'enfant qu'elle portait. Elle assure qu'on a refusé de la prendre en charge, faute de chambre libre.

Un bébé mort in utero faute de place en maternité
Un bébé mort in utero faute de place en maternité © Maxppp

C'est une triple enquête qui vient d'être lancée après le drame qui s'est produit à la maternité de Port-Royal à Paris. Enquête judiciaire, enquête médicale et enquête administrative, dont les premiers résultats devraient être connus dans la journée.

Selon son témoignage dans Le Parisien, la future maman devait accoucher à la maternité Port-Royal un établissement très réputé. Le couple devait se présenter jeudi pour déclencher l'accouchement, on leur demande alors de revenir quelques heures plus tard. Au moment de leur retour, l'hôpital leur assure qu'il n'y a plus de chambre libre. Pourtant, les parents sont inquiets, et expliquent au personnel que le bébé ne bouge plus beaucoup.

Ils demandent alors, en vain, à être admis dans un autre établissement, et finissent par rentrer chez eux. Ils finiront par se rendre aux urgences, dans la nuit de jeudi à vendredi, où les médecins ne peuvent que constater la mort in utero du bébé.

"Rien ne laissait présager qu'il y avait un risque"

Le patron de la maternité, Dominique Cabrol, reconnaît "une saturation totale" de la maternité le jour du drame. Mais il assure de son côté que "rien ne laissait présager qu'il y avait un risque". Les signes médicaux semblaient normaux.

Patrick Houssel, directeur des hopitaux Université Paris-centre (dont dépend Port-Royal) promet de faire toute la lumière sur cette affaire.

Un argument qui n'a pas convaincu les parents. Le père a annoncé son intention de porter plainte contre la maternité. De son côté, Marisol Touraine, la ministre de la Santé, a ordonné une "enquête exceptionnelle, à la fois administrative et médicale". "La sécurité pour les mamans et leur bébé dans les maternités reste une exigence absolue", ajoute-t-elle.

Marisol Touraine interrogée sur France 5.

Dans l'après-midi, le parquet a lui aussi ouvert une enquête, judiciaire cette fois, pour en savoir plus sur cette mort.

Invité de Pierre Neveux sur France Info, Patrick Pelloux, le Président de l'Association des médecins urgentistes de France a estimé que cela ne ce suffisait pas. Selon lui, c'est toute la politique de santé en France qu'il faut remettre en cause.

__

Le coup de gueule de Patrick Pelloux.

Quel est vraiment l'état des lieux ? Combien y-a-t-il de maternités en France ?

Le point avec Julien Pasqualini.

Un autre drame, à Agen cette fois. Une femme de 31 ans s'est présentée aux urgences de la clinique Esquirol Saint-Hilaire jeudi dernier pour des douleurs au ventre. Elle est décédée peu de temps après sans que l'on sache de quoi. Les résultats de l'autopsie sont attendus cet après-midi.

Frédéric Bourgade s'est rendu sur place.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.