Maurice Herzog en 2006 dans sa maison de Chamonix
Maurice Herzog en 2006 dans sa maison de Chamonix © Maxppp

Il fut ministre, maire de Chamonix, mais surtout alpiniste. En 1950, Maurice Herzog avait gravi un sommet de 8.000 mètres dans l'Himalaya, l'Annapurna. Il avait alors 31 ans, et réalisait ainsi un exploit sans précédent.

Quelques années auparavant, il était engagé dans la Résistance, dans les Alpes, tout comme un autre alpiniste célèbre, Roger Frison-Roche.

En 1958, il est Haut-Commissaire à la Jeunesse et aux Sports. Député du Rhône en 1962. Puis secrétaire d'État à la Jeunesse et aux Sports, de 1963 à 1966. Il sera également maire de Chamonix de 1968 à 1977. Depuis 1995, il était membre honoraire du Comité international olympique.

Le vainqueur de l'Annapurna

Mais c'est son exploit dans l'Himalaya qui aura le plus marqué les esprits. En le réalisant, Maurice Herzog est devenu une légende pour toute une génération de Français. Il était d'ailleurs souvent interrogé sur son aventure.

Écoutez aussi son interview sur la vue depuis l'Annapurna, sur France Inter :

Il était d'ailleurs l'auteur deplusieurs ouvrages consacrés à l'alpinisme : "Annapurna, premier 8000" a ainsi été vendu à douze millions d'exemplaires et traduit en 40 langues.

Grand-officier de la légion d'honneur, il vivait entre Neuilly et Chamonix, où il possédait une villa. Il avait épousé en premières noces Marie-Pierre de Cossé-Brissac avec qui il eut deux enfants (Laurent, décédé, et Félicité) et s'était remarié à Elisabeth Gamper avec qui il eut aussi deux enfants, Sébastien et Mathias.

Sa fille Félicité avait dernièrement terni l'image de Maurice Herzog. Dans un livre "Le héros", publié en 2012, elle le qualifiait de "menteur" et "d'hémiplégique de la pensée" affirmant, comme d'autres professionnels de la montagne, que sa réputation de "tombeur de l'Annapurna" était en grande partie usurpée.

Réécouter l'émission "Au fil de l'Histoire" consacrée à la conquête de l'Annapurna.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.