Un plan de dépistage massif du Covid-19 sera lancé la semaine prochaine sur la population mayennaise, à commencer par Laval, après le constat d'un accroissement anormal de la circulation du virus dans le département, ont annoncé mercredi l'ARS des Pays de la Loire et la préfecture.

"Nous allons tester l'ensemble des Mayennais par étapes", explique l'ARS des Pays de la Loire.
"Nous allons tester l'ensemble des Mayennais par étapes", explique l'ARS des Pays de la Loire. © Maxppp / Thierry Gachon

Depuis le déconfinement, le département de la Mayenne compte 219 cas confirmés de Covid-19. Si le chiffre peut, à première vue, paraître dérisoire, c'est son évolution qui inquiète les autorités et pousse l'ARS des Pays de la Loire et la préfecture de la Mayenne a organiser un plan de dépistage massif sur la population, à commencer par Laval. En effet, si courant juin le nombre de cas n'évoluait que très peu d'un jour ou d'une semaine à l'autre, l'évolution de la courbe est bien plus inquiétante depuis la fin du mois dernier

Entre le 25 et le 30 juin en Mayenne, le nombre de nouveaux cas positifs au Covid-19 est passé de 51 le 20 juin, à 80 le 30 juin, à 145 le 3 juillet, à 219 le 7 juillet. C'est la hausse du nombre de cas ces dernières semaines qui inquiète les autorités, laissant penser que la circulation du virus est plus intense.

Six clusters identifiés en Mayenne

Six "clusters" ont été identifiés en Mayenne ces dernières semaines : quatre à Laval (un abattoir, un Ehpad, une école et un centre d'hébergement et de réinsertion sociale), un à Craon (un abattoir) et un à Château-Gontier (un foyer de jeunes travailleurs et un établissement de service d'aide par le travail), "où des dépistages sont toujours en cours d'investigation".  

Dans la région Pays de la Loire, "le taux d'incidence, c'est-à-dire le nombre de nouveaux cas cumulés sur les sept derniers jours, est de 5,97 [au 7 juillet, NDLR]. Dans quatre départements il est inférieur à 5, en revanche en Mayenne on est à 47,16", a déclaré Pierre Blaise, médecin spécialiste en santé publique, lors d'une visioconférence organisée par l'Agence régionale de santé. Depuis le début du déconfinement, 1332 cas ont été identifiés dans les Pays de la Loire.

"On a commencé à voir avant-hier un premier impact sur le système de santé avec un taux de passage aux urgences pour suspicion de Covid, jusqu'à présent inférieur à 1, qui est remonté à 3,6% et [mardi] soir on a eu deux nouveaux cas d'hospitalisation en réanimation", a-t-il ajouté.  "Jusqu'à présent on a repéré toutes les chaînes de transmission, l'enjeu est bien de repérer tous les cas entre eux au sein de chaque 'cluster' pour s'assurer qu'il n'y a pas d'échappement de l'épidémie au sein de la population", a ajouté Pierre Blaise.

Plan de dépistage 

En conséquence, "nous allons tester l'ensemble des Mayennais par étapes. Nous allons cibler la semaine prochaine les habitants de Laval et de la commune voisine de L'Huisserie, puis le sud du département et à la fin l'ensemble des Mayennais", a annoncé le directeur général de l'ARS des Pays de la Loire, Jean-Jacques Coiplet, lors de cette même visioconférence.  

"L'idée est de tester le plus possible afin d'isoler ces personnes et afin de casser les éventuelles transmissions de virus (...) C'est dans le cadre de tests ciblés que l'on constate depuis la fin de la semaine dernière un accroissement à la fois du taux d'incidence et du taux de positivité dans notre département. Face à cela nous ne pouvions pas rester inactifs", a expliqué le préfet de la Mayenne, Jean-Francis Treffel. 

Les dépistages virologiques et sérologiques seront réalisés sur la base du volontariat et devraient concerner au total environ 300.000 personnes. Les enfants de moins de 10 ans ne sont pas concernés.  

"L'assuré social présentera le courriel ou le courrier reçu au laboratoire où il aura pris rendez-vous auparavant et qui vaudra prescription", a précisé Thomas Bouvier, sous-directeur de la CPAM de Loire-Atlantique.  "Nous nous sommes organisés pour que ceux qui sont reconnus positifs aient la possibilité d'être isolés et hébergés. Nous avons aujourd'hui 30 à 35 lits disponibles", a précisé le préfet de Mayenne.  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.