Boîte de médicaments Teva
Boîte de médicaments Teva © Max PPP / Max PPP

Une enquête a été ouverte à Marseille après la mort suspecte samedi soir d'un nonagénaire qui avait pris un médicament mal conditionné, des lots de somnifère présentés comme diurétique.

L'homme âgé de 92 ans est mort à son domicile du VIIe arrondissement de Marseille dans lequel les policiers de la sûreté départementale ont retrouvé des boîtes entamées de médicaments des laboratoires Teva, dont les lots font l'objet d'une mesure de rappel depuis vendredi.

Les dernières précisions avec Anne-Pinczon Du Sel

Deux lots de 95.000 boîtes de somnifères ont été emballés par erreur comme des diurétiques de marque Furosemide, qui étaient prescrits à la victime.

"La chaîne de vigilance a bien fonctionné" a déclaré Marisol Touraine, ministre de la Santé

L'Agence de sécurité des médicaments et des produits de santé (ANSM) a aindiqué:

A la suite d'un problème de conditionnement de boîtes de Furosémide Teva 40 mg, médicament diurétique, certains comprimés ont pu être remplacés par des comprimés d'un somnifère (zopiclone également appelé Imovane).

Ecoutez la déclaration de l'ANSM

La vente de ces deux lots a été bloquée dès vendredi en collaboration avec le Conseil national de l'Ordre des pharmaciens.

un décès suspect à marseille après le scandale des somnifères dans des boîtes de diurétiques
un décès suspect à marseille après le scandale des somnifères dans des boîtes de diurétiques © reuters

Une autopsie doit être pratiquée lundi sur la victime afin de déterminer si la prise des médicaments suspects est en cause.

L'ANSM précise:

L'arrêt du traitement par Furosémide peut entraîner une augmentation des oedèmes ou leur récidive ou favoriser une poussée d'insuffisance cardiaque.

Un numéro vert a été mis en place: le 0800.51.34.11.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.