Elle arrive presque en courant, casque de scooter flashy à la main, pas une hésitation avant de se poser devant la rangée de micros et de caméras qui l'attendent place Dauphine. Les journalistes qui l'ont inondée de SMS toute la journée se demandaient si la jeune avocate commise d'office pour défendre le frère du tueur de Toulouse n'allait pas se montrer timide. En quelques mots, Anne-Sophie Laguens tente posément de renverser la vapeur médiatique, alimentée depuis cinq jours par des "fuites" policières: non, Abdelkader Merah n'est pas fier de son frère... des propos dont on ne saura jamais s'il les a vraiment prononcés puisque c'était hors procès-verbal, comme l'avait révélé le Point.

Anne-Sophie Laguens sur LCI
Anne-Sophie Laguens sur LCI © radio-france

La jeune avocate (28 ans) qui l'a assisté lors sa première comparution devant trois juges anti-terroriste, est aussi la onzième secrétaire de la Conférence du barreau de Paris. Le produit d'un concours d'éloquence qui depuis plus de deux cents ans permet souvent de découvrir les futurs ténors. Anne-Sophie Laguens a notamment planché sur "la vérité doit-elle se présenter nue ?" Il faut en vouloir : 120 candidats chaque année, 12 lauréats qui prennent un deuxième boulot pendant un an. A eux d'organiser les joutes oratoires du lundi soir pour sélectionner leurs successeurs. La conférence s'est illustrée dans le combat pour la réforme de la garde à vue, et contre l'insalubrité du dépôt et de la souricière du palais de justice (les cellules au sous-sol pour les détenus et gardés à vue qui attendent de comparaître). A eux, surtout, la "defense d'urgence" pour les affaires criminelles: accusés en panne d'avocat à quelques jours des assises, renvois de comparutions immédiates, et les commissions d'office pour les affaires criminelles.

La semaine dernière comme tout le monde, cette passionnée de théâtre, à l'occasion amatrice de rugby, a regardé les infos. Elle savait que sa permanence du dimanche risquait d'être bouleversée, après 96 heures de garde à vue terroriste. "Chaque année, il se présente deux ou trois dossiers exceptionnels" explique l'un de ses camarades de la conférence. Les plus intéressants, ceux qui peuvent aussi donner un coup de pouce à des carrières déjà prometteuses. Celui-là, Anne-Sophie Laguens le qualifie sobrement "d'énorme" et "passionnant". Elle craignait que le frère du tueur de Toulouse ne veuille pas parler à une femme, elle dit avoir trouvé un client posé et coopératif. Jusqu'à quand? "Un tel dossier attire les ambitions", explique encore son camarade. Officiellement, les robes noires n'ont pas le droit de démarcher leurs clients, mais parfois le message passe... Et puis il y a "radio prison", les détenus se recommandent des avocats entre eux. Pour l'instant, Abdelkader Merah est à l'isolement...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.