La septième édition de la mythique course autour du monde en solitaire est sur le point de s'achever. Elle a débuté samedi 10 novembre aux Sables d’Olonne. Vingt skippers ont pris le départ de la course pour tenter de battre le record du monde, établi à 84 jours, 3 heures et 9 minutes. C’est l’une des dernières grandes odyssées du monde moderne : le départ du Vendée-Globe, cette course sur les mers les plus dures à naviguer de la planète, a été donné ce samedi, à 13h02, aux Sables-d’Olonne. Les 20 skippers participant à l’épreuve ont parcouru de plus de 40.000 kilomètres à bord de leurs voiliers monocoques.

Pour beaucoup de coureurs, même si parvenir à battre ce record reste l'objectif final, l'épreuve la plus difficile consiste à finir le parcours, c'est-à-dire à revenir aux Sables d'Olonne sans abandonner. Dans cette édition, comme lors des précédentes, plusieurs skippeursont été contraints de déclarer forfait.

La météo vient jouer les troubles-fêtes

François Gabart, qui navigue en tête, devrait franchir la ligne d'arrivée entre 10 heures et 13 heures. Alors que 200 000 personnes sont attendues aux Sables-d'Olonnes pour l'arrivée des premiers skippers, la météo s'annonce houleuse.En conséquence, la préfecture a interdit toute sortie de petits bateaux, ceux qu'on voit habituellement accompagner le vainqueur dans la dernière ligne droite.

Ecoutez le reportage de Julie-Marie Leconte

Dans le sillage de François Gabart, Armel le Cléac'h est aussi attendu aux Sables-d'Olonnes. En plus de ses proches, ses admirateurs et les nombreux curieux, une surprise attend le navigateur breton. Son ancien moniteur de voile a fait le déplacement pour lui offrir un petit optimiste: le premier voilier avec lequel, il y a plusieurs dizaines d'années, Armel Le cléac'h a fait ses débuts en mer.

Petit tour du bateau avec Julie Marie-Leconte

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.