La ligne de défense du numéro 2 de la police à Lyon : avoir rendu des services pour sortir des affaires. Autrement dit, ce dossier ne serait qu'une mauvaise interprétation des relations entre enquêteurs et indicateurs.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.