PARIS (Reuters) - Au troisième jour des défilés parisiens de prêt-à-porter pour l'automne/hiver 2012-2013, Carven a proposé jeudi un vestiaire dans lequel se confrontent la rigueur cléricale et la flamboyance des couleurs.

Le jeune styliste Guillaume Henry a présenté un prêt-à-porter frais et féminin, fidèle au nouveau credo "preppy couture" de la maison, fondée au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et aujourd'hui en pleine renaissance.

Pour l'hiver prochain, Carven revisite ses petites robes signature, rallongées au-dessus du genou et au volume amplifié à partir de la taille.

Portés par l'atmosphère du Couvent des Cordeliers où se tenait le défilé, manteaux et robes en jacquard ont ouvert le bal puis laissé la place à du cuir ajouré, des petites vestes au col en fourrure et des imprimés inspirés du sulfureux peintre néerlandais Jérôme Bosch.

La palette joue sur les tons fauves, moutarde, kaki, rouge et noir, mais s'amuse surtout sur des imprimés flamboyants. Une scène de la vie quotidienne à la ferme au Moyen Âge figure sur une courte jupe trapèze, associée à une sobre chemise bleu ciel.

Perché sur des babies compensées, un mannequin, dont le maquillage et les cheveux lâchés soulignent la fraîcheur de la silhouette, porte une robe en cuir velours kaki dont les broderies ajourées sont inspirées des rosaces d'église.

Carven, marque chouchou des rédactrices de mode, a ouvert sa première boutique début 2011 à Paris.

Mathilde Gardin, édité par Patrick Vignal

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.