Moi, Pierre, 17 ans, lycéen et engagé en politique

Pierre Feligonde
Pierre Feligonde © Radio France / PFELIG

par Pierre Feligonde, JDLP à Saint Germain en Laye.

Depuis que je suis très jeune, je m’intéresse à la politique, la vie de la cité, à la res publica, la chose publique. Pourtant, on m’a souvent fait la réflexion, et encore plus depuis que je me suis engagé dans un mouvement, « tu n’es même pas majeur, tu ne peux pas voter avant 5 ans » (pour de nombreuses personnes, la politique se résume aux Présidentielles, malheureusement !), « tu es jeune, qu’est ce que t’en as à faire ? »

C’est à ces remarques que je voudrais répondre dans ce billet. Mon engagement en tant que jeune tient en plusieurs points.

Tout d’abord, faisons un bref constat de la situation en France, et de la jeunesse en France.

Le taux de chômage s’élevait au troisième trimestre 2011 à 9,3% de la population active totale selon l’INSEE, celui des 15-24 ans à 21,6 % de la population active . Dans les quartiers populaires, celui-ci monterait jusqu’à 40% selon un rapport du Conseil de l’orientation pour l’emploi daté de février 2011 ! Et même lorsque les jeunes ont accès à un emploi, celui-ci est souvent un CDD, un emploi précaire.

Les jeunes ne sont bien souvent pas pris au sérieux, et souvent considérés comme des délinquants. Au début du XXème siècle, les élites avaient peur des ouvriers, aujourd’hui, elles sont effrayées par les jeunes !

Entre 2004 et 2008, les 0,01 % les plus riches ont vu leur revenu annuel (salaires et revenus du patrimoine compris) s’accroître de 33 %, soit 180 000 euros (données avant impôts), passant de 551 900 à 732 300 euros : une augmentation équivalente à plus de 14 années de Smic...

En même temps, la moitié de la population a obtenu 500 euros supplémentaires au cours de ces quatre années (+5 %).

es Français ont l’impression que leur pouvoir d’achat baisse, la pauvreté a augmenté fortement depuis 2005, et pendant ce temps là, la fraction la plus riche de la population s’enrichit. Cette situation me paraît intolérable, surtout en cette période de crise économique et financière, qui ne semble toucher que les classes les plus défavorisés. Les jeunes, en relation avec le taux de chômage, semblent être membre de droit de cette dernière catégorie, celle des atteints par la crise.

L’accès au logement, surtout pour les jeunes, est de plus en plus difficile. Les prix dans l’immobilier explosent, surtout dans la capitale, et les logements sociaux ne sont pas assez nombreux. Les HLM, parlons en ! Ceux-ci sont bien souvent regroupés dans des villes, transformés en de véritables ghettos pour les populations d’origine étrangère et pour les moins aisés. Et ensuite, le gouvernement s’étonne que l’insécurité soit en hausse, malgré ses lois qui finissent à avoir plus d’effets, tellement elles se recoupent !

La place de la France, la place de l’Europe dans le monde est elle aussi en recul, laissant la place à des puissances émergentes, économiquement bien sûr, mais aussi militairement et diplomatiquement, pas forcément démocratique. Pour un pays qui possède une telle Histoire, c’est une véritable perte. L’avenir de la France semble donc être peu brillant. Et l’avenir de la France, c’est nous, Jeunes !

C’est pour ces raisons que je voudrais crier aux Jeunes, comme l’a fait Stéphane Hessel, pourtant bien plus âgé que nous, « Indignez-vous ! », mais à cela j’ajouterai « Engagez-vous ! », « Exprimez-vous ! ». L’indignation n’est plus suffisante, en tant que jeunes, notre devoir est de nous bouger, pour le futur de notre pays, notre futur, et celui des générations qui nous suivent !

Pierre Féligonde, 17 ans, simplement citoyen.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.