les syndicats défilent en ordre dispersé
les syndicats défilent en ordre dispersé © reuters

Sur fond de dissensions, les organisations syndicales ont défilé en ordre dispersé ce mercredi. Avec eux au total presque 100.000 personnes selon les chiffres de l'Intérieur. C'est trois fois moins que l'an dernier.

16.000 personnes à Paris, 3.000 à Toulouse, seulement 200 à Reims: cette année le 1er mai syndical n'a pas attiré les foules.

Marion L'Hour y était, écoutez son reportage :

1 min

E MANIF 1er mai

La faible affluence, surtout si on la compare à celle de l'année passée où 316.000 personnes avaient défilé dans tout le pays, s'explique en partie par les tensions entre les partenaires sociaux.

La CFDT, la CFTC et l'Unsa ayant refusé de s'associer à la manifestation organisée par la CGT, FSU et Solidaires à Paris, elles sont allées défiler à Reims.

Interrogé par RMC BFM TV, le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger a expliqué :

Nous sommes en ordre dispersé parce que le sujet prioritaire du moment c'est l'emploi. Il y a des organisations syndicales qui ont fait le choix de signer un accord pour préserver l'emploi et lutter contre la précarité, c'est l'accord du 11 janvier. La CGT manifeste contre cet accord, on n'allait pas manifester ensemble. La CGT se trompe quand elle tire à boulets rouges sur l'accord du 11 janvier, quand elle dit 'je vous tape dessus, j'appelle à un syndicalisme rassemblé et donc il faut que vous veniez.

Ecoutez ses déclarations au micro de Manuel Ruffez :

52 sec

S BERGER / CFDT

A Reims quelque 200 participants se sont réunis dans une salle de sports, un barbecue géant est installé sur la pelouse pour l'apéritif et le repas.

Ecoutez le reportage à Reims de Manuel Ruffez

1 min

Inter treize - Défilé Reims

A Strasbourg , le défilé a rassemblé environ 2.200 personnes dont une moitié de Turcs, venus, comme de tradition, exprimer leur opposition au régime d'Ankara ou revendiquer une "solution politique pour les Kurdes".

La manifestation, organisée par la CGT, FO, la FSU et Solidaires, était ouverte par une banderole disant "Non à l'accord destructeur de nos droits et de nos emplois", en référence à l'accord du 11 janvier. La CFDT et la CFTC avaient choisi de réunir leurs troupes, chacune de son côté, en dehors de Strasbourg.

Ecoutez l'analyse de Stéphane Sirot, historien des mouvements sociaux :

4 min

Inter treize - Invité syndicalisme

A Marseille , les militants étaient 3.100 selon le ministère de l'Intérieur, au son du slogan: "De gauche comme de droite, non non à l'austérité".

Ecoutez le reportage à Marseille d'Isabelle Dor :

1 min

E manif 1 mai marseille ok

Du côté de Metz, à 30 km des hauts-fourneaux de Florange où un rassemblement était organisé, plusieurs centaines de personnes ont elles aussi défilé durant la matinée.

Ecoutez le reportage de Rachel Noel qui était dans le cortège :

1 min

E manif metz

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.