[scald=220305:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Arnaud Montebourg a salué jeudi comme un "événement considérable" le projet d'accord de compétitivité conclu chez Renault et déclaré espérer qu'il soit suivi de nombreux autres organisant des relocalisations d'activités industrielles en France.

"C'est un accord qui aura une portée considérable parce que, pas seulement dans la filière automobile mais dans l'ensemble de l'industrie, les salariés pourront avoir une référence", a indiqué devant la presse le ministre du Redressement productif.

"C'est un événement considérable car c'est la première fois qu'il y a un mouvement de relocalisation d'un constructeur national", a-t-il ajouté lors d'un point d'étape sur le plan de soutien au secteur automobile lancé en juillet dernier.

"J'espère qu'il sera imité, qu'il fera des petits (...) il a une valeur d'exemplarité car il est possible de rendre nos usines très attractives, y compris pour des constructeurs étrangers qui n'avaient pas idée de venir construire en France".

Le projet d'accord signé par Renault avec une partie de ses syndicats prévoit un gel des salaires pour 2013 et un allongement du temps de travail en échange d'engagements du constructeur sur sa production en France, qui passerait d'à peine 500.000 véhicules par an actuellement à 700.000 à l'horizon 2016.

Renault, qui compte pour cela sur un apport de ses partenaires, en premier lieu le japonais Nissan, est même prêt à monter à 820.000 véhicules produits en France d'ici à 2020 "si les marchés repartent", "c'est-à-dire 100% des capacités productives de ses cinq sites en France", s'est félicité Arnaud Montebourg.

.

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.