décès d'un troisième militaire français au mali
décès d'un troisième militaire français au mali © reuters

Le caporal Cédric Charenton, qui appartenait au 1er Régiment de chasseurs parachutistes de Pamiers en Ariège a été tué samedi dans le nord du Mali, "dans l'un des combats les plus violents" depuis le début de l'opération Serval.

Trois militaires français ont été tués depuis le 11 janvier. Le caporal Cédric Charenton a été "mortellement touché par un tir ennemi" lors d'un assaut contre une position djihadiste dans l'Adrar des Ifoghas, massif montagneux du Nord-Est, a précisé dimanche le ministère de la Défense.

La mort du militaire avait été annoncée auparavant par la présidence de la République et Matignon qui ont fait part de leur tristesse.

Cédric Charenton était engagé depuis le 25 janvier sur le territoire malien. Il a été tué par un tireur samedi "vers 18h00 alors que sa section montait à l'assaut d'une position ennemie au coeur du sanctuaire des terroristes", a indiqué le ministère de la Défense.

Le caporal Cédric Charenton, appartenait au premier Régiment de chasseurs parachutistes de Pamiers (Ariège), un régiment déjà éprouvé lors de précédentes missions notamment en Afghanistan.

Le reportage à Pamiers de François Cortade

Sur son compte Twitter, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, parle d'"un des combats les plus violents que nous ayons menés sur le territoire malien".

Mali
Mali © Radio France

Au cours de l'opération de samedi, qui visait selon l'état-major français "à fouiller des cavités et des galeries", l'armée française, appuyée par des avions de chasse et des hélicoptères de combat, a mené plusieurs assauts contre "des éléments terroristes".

"Une quinzaine de terroristes" ont été tués lors de l'opération, a dit dimanche le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l'état-major, lors d'un point de presse.

L'opération menée contre les islamistes est entrée dans une nouvelle phase, plus dangereuse.

C'est l'analyse de Jean-Marc Tanguy, spécialiste des questions militaires et rédacteur en chef de "Raids Aviation"

L'opération s'est déroulée dans la vallée d'Ametetai, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Tessalit, là où les forces tchadiennes, engagées aux côtés des Français, affirment avoir tué samedi le chef islamiste Mokhtar Belmokhtar, ce que les autorités françaises ne confirmaient toujours pas dimanche, tout comme la mort d'Abdelhamid Abou Zeïd, un autre chef islamiste.

On a face à nous un adversaire qui est fanatisé.

Il est probable, mais pas certain, que le chef islamiste Abdelhamid Abou Zeïd ait été tué au Mali, a déclaré lundi l'amiral Édouard Guillaud, chef d'état-major de l'armée française.

Le chef islamiste algérien aurait été tué la semaine dernière dans le massif montagneux de l'Adrar des Ifoghas. Son décès n'a jusque-là pas été confirmé officiellement, notamment à Paris.

À la question 'Abdelhamid Abou Zeïd est-il mort?', l'amiral Edouard Guillaud a répondu : "C'est probable, mais ça n'est que probable".

"Nous ne pouvons pas avoir de certitude pour l'instant (...) parce que nous n'avons pas récupéré le corps".

Le chef d'état-major s'est montré encore plus prudent quant au sort de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar, l'un des principaux chefs d'Al Qaïda au Maghreb islamique, dont les autorités tchadiennes ont annoncé la mort samedi. Sa mort a été démentie dimanche sur un site islamiste.

Écoutez l'amiral Guillaud.

Selon Thierry Burkhard, porte-parole de l'état-major : "On a face à nous un adversaire qui est fanatisé, qui défend fermement les positions sur lesquelles nous sommes obligés de successivement donner l'assaut", a-t-il expliqué. "Il combat sans esprit de recul".

"Dans cette zone, les djihadistes sont équipés d'armements légers d'infanterie - Kalachnikov, fusils mitrailleurs, lance-roquettes, lance-grenades - mais ils disposent également d'armements lourds - mortiers, mitrailleuses, explosifs" et mines artisanales, a-t-il expliqué.

Environ 1 200 soldats français sont engagés dans l'Adrar des Ifoghas ainsi que 800 soldats tchadiens. La totalité ou une partie des otages enlevés au Sahel seraient détenus dans cette zone.

Le ministère français des Affaires étrangères a catégoriquement démenti que les autorités françaises aient l'intention de demander des éléments d'ADN aux proches des otages français, comme l'affirme Le Point.fr

"Nous n'avons jamais fait une telle demande, c'est absolument faux", a dit dimanche un porte-parole à Reuters.

La montée de la violence inquiète les familles des otages détenus par les groupes islamistes. Pascal Lupart est un ami de Philippe Verdon, président de son comité de soutien.

Pour lui, le silence du gouvernement sur le sujet est inacceptable

Deux autres militaires français ont été tués depuis le début de l'intervention au Mali : un pilote d'hélicoptère le premier jour de l'intervention et un sous-officier le 19 février.

"Dans ces circonstances particulièrement tragiques, le Premier ministre tient à affirmer que la France est déterminée à tenir ses engagements et à poursuivre ses actions aux côtés du peuple malien et des contingents africains", souligne Matignon dans un communiqué.

Car la France est seule à être sur le terrain, en première ligne, avec le Tchad. Mais pour François Heisbourg, conseiller spécial de la Fondation pour la recherche stratégique, nous ne sommes pas si isolés.

Le soutien des Français à l'intervention militaire au Mali s'érode, cédant 13 points en trois semaines, selon un sondage Ifop pour Atlantico publié samedi.

Quatre mille soldats français sont engagés au Mali.

lien_dossier_mali
lien_dossier_mali © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.