L'adolescent trisomique Bruno, disparu depuis le 18 décembre, a été retrouvé mort dans un canal de l'Oise. Selon le parquet, la piste criminelle est écartée, Bruno est mort par hydrocution.

Le procureur de Compiègne, Ulrika Delaunay-Weiss, a ainsi affirmé:

Le corps a été identifié par la famille de Bruno au vu d'une photo qui leur a été présentée.

L'examen pratiqué à l'institut médico-légal d'Amiens a montré que la "cause principale du décès était l'hydrocution" et a "confirmé qu'il n'y avait pas de traces de violences externes ni internes", a précisé Mme Delaunay-Weiss.

L'explication de l'hydrocution est "compatible avec la température de l'eau très froide" au cours des "jours autour de la disparition de Bruno et avec le fait que Bruno était très peu vêtu", a-t-elle souligné. L'autopsie a donc permis d'écarter "toute hypothèse" criminelle, a conclu Mme Delaunay-Weiss.

Bruno, en 2010
Bruno, en 2010 © DR

En revanche, l'autopsie n'a pas permis d'établir la date du décès de l'adolescent de 17 ans, qui avait disparu le 18 décembre du lycée horticole de Ribécourt-Dreslincourt (Oise). Le corps aurait séjourné trop longtemps dans l'eau pour permettre de définir avec précision la date et les circonstances de la mort. Le corps a été retrouvé mardi matin par un éclusier dans un canal latéral de l'Oise, au niveau de l'écluse de Bellerive, à Cambronne-lès-Ribécourt (Oise).

Les habitants de la commune de Ribécourt avait organisé une battue à l'appel d'un riverain pour retrouver le jeune homme.

Sébastien Sabiron avait suivi les recherches

Elle avait notamment rassemblé quelque 500 personnes le 30 décembre.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.