[scald=61961:sdl_editor_representation]WASHINGTON (Reuters) - L'ancien boxeur Joe Frazier, inépuisable puncheur et plus grand rival de Mohamed Ali, est mort lundi à l'âge de 67 ans, a annoncé son manager Les Wolff.

"Smokin' Joe" souffrait d'un cancer du foie diagnostiqué il y a un mois et était hospitalisé à Philadelphie.

Frazier était devenu champion olympique des poids lourds à Tokyo en 1964 et champion du monde de 1970 à 1973.

Il est entré dans l'histoire de la boxe à l'occasion de trois combats d'anthologie face à Mohamed Ali dans les années 1970.

Lors du premier, Joe Frazier est devenu, en 1971, le premier boxeur à battre Mohammed Ali.

Les deux étaient noirs et champions olympiques mais n'avaient rien d'autre en commun. Ali était un boxeur charismatique et provocateur tandis que Frazier était fier et parlait sur le ring.

Lors du "Combat du Siècle", le 8 mars 1971 au Madison Square Garden de New York, Frazier expédie Ali au tapis au 15e round d'un crochet du gauche - sa meilleure arme. "The Greatest" se relève mais Frazier l'emporte sur décision des juges à l'unanimité.

Le combat, d'une grande violence, envoie les deux hommes à l'hôpital. Frazier perd son titre mondial en 1973 face à George Foreman.

Le deuxième combat Ali-Frazier a lieu en 1974, toujours au Madison Square Garden, et le premier l'emporte sur décision des juges. Ali reconquiert le titre face à Foreman et le défend dans un troisième combat face à Joe Frazier.

"THRILLA IN MANILLA"

Cet affrontement aux Philippines, baptisé "Thrilla in Manilla", est présenté comme l'un des plus grands évènements sportifs du 20e siècle. Dans la fournaise et après les provocations de Mohamed Ali, les deux hommes se livrent le plus violent de leurs trois combats.

Ils ne se ménagent pas pendant 14 rounds et le coin de Frazier interrompt le combat avant la dernière reprise, malgré les protestations du boxeur. Frazier ne pardonnera jamais à son entraîneur Eddie Futch d'avoir donné la victoire à Ali sur K-O technique.

Frazier ne pardonnera pas non plus les provocations d'Ali, qui qualifiait son adversaire de "gorille" ou d'"Oncle Tom", un terme insultant pour désigner les noirs obséquieux envers les blancs.

Joe Frazier insistait lui pour appeler son rival Cassius Clay, l'identité de naissance de Mohamed Ali, changée en 1964 après sa conversion à l'islam.

"Je sais qui je suis, et oui, j'ai battu Ali les trois fois", disait Frazier en 2006 au New York Times. "Ali disait toujours que je ne serais rien sans lui. Mais qu'aurait-il été sans moi ?"

Frazier a remporté 32 combats pour quatre défaites et un match nul.

Il a pris sa retraite après une deuxième défaite contre Foreman en 1976 et l'a interrompue le temps d'un seul combat en 1981 - son seul match nul.

Seuls George Foreman et Mohamed Ali ont battu Frazier, qui n'a jamais eu la popularité de son rival.

Frazier est né pendant la ségrégation en Caroline du Sud, en 1944. Il était le plus jeune d'une famille de 12 enfants.

Il avait perdu quasiment toute sa fortune depuis la fin de sa carrière et vivait seul dans un appartement au-dessus du gymnase d'un quartier déshérité de Philadelphie, où il entraînait de jeunes boxeurs.

Dans les années 1980, le champion avait notamment entraîné son fils Marvis, humilié par Larry Holmes et Mike Tyson, et sa fille Jacquelyn Frazier-Lyde, qui perdit un combat contre la fille de Mohamed Ali, Laila, en 2001.

Will Dunham, Clément Guillou pour le service français

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.