nelson mandela hospitalisé pour une infection pulmonaire
nelson mandela hospitalisé pour une infection pulmonaire © reuters

Jacob Zuma, le Président sud Africain l'a annoncé jeudi soir. L'ancien président sud-africain Nelson Mandela est mort. Il se trouvait dans un état critique depuis plus de cinq mois. Il avait été ramené début septembre chez lui, après trois mois d'hôpital pour une infection pulmonaire récidivante.

Sa dernière apparition publique remontait à la finale de la coupe du monde de football à Johannesbourg, en 2010.

Nelson Mandela souffrait de sérieux problèmes pulmonaires, séquelles d'une tuberculose contractée pendant ses 27 années de détention à Robben Island. "Madiba", comme le surnomment les Sud-Africains, avait été hospitalisé à quatre reprises depuis décembre 2012.

Depuis le début de la journée, l'arrivée de proches au domicile de Mandela, laissait craindre l'issue fatale.

<img src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2013/12/b1e79f46-5e02-11e3-b517-782bcb6744eb/640_dossier_lien.jpg" alt="Lien image dossier Mandela" width="639" height="150" />
Lien image dossier Mandela © Radio France

Amis Sud-Africains, notre bien-aimé Nelson Rohlihla Mandela, président fondateur de notre nation démocratique, est parti - Jacob Zuma

A 22h45, jeudi soir, le Président Jacob Zuma est intervenu à la télévisio pour annoncer que Madiba s'est éteint paisiblement jà son domicile de Johannesburg des suites d'une longue infection pulmonaire. "Notre peuple a perdu un père. Si nous savions que ce jour viendrait, rien ne peut apaiser notre sentiment de perte profond et durable. Son infatigable combat pour la liberté lui a valu le respect du monde. Son humilité, sa passion et son humanité lui ont valu l'amour", a-t-il poursuivi.

Le Président Zuma a annoncé des obsèques nationales et a ordonne la mise en berne des drapeaux.

Il a fait plus qu'on ne peut attendre d'un homme - Barack Obama

"Avec la mort de Mandela, nous avons perdu l'un des êtres humains les plus influents, les plus courageux et sincèrement bon qu'il nous ait été donné de côtoyer sur cette Terre". L'une des premières réactions a été celle de Barack Obama dans une allocution depuis la Maison blanche.

Obama a reconnu que sa vie n'aurait pas été la même sans l'ancien opposant sud-african. Le Président américain, qui n'a pas reussi à rencontrer Nelson Mandela, a annoncé qu'il se rendra à ses obsèques qui se dérouleront dans son village natal.

Combattant infatigable de l'apartheid, il l'aura terrassé par son courage, son obstination et sa persévérance - François Hollande

C'est par un communiqué que François Hollande a rendu hommage jeudi soir à Nelson Mandela qui a été, selon lui, "l'incarnation de la Nation sud-africaine, le ciment de son unité et la fierté de toute l'Afrique". Le président de la République.voit en lui "un résistant exceptionnel" , "un combattant magnifique".

C'était un géant qui se battait pour la justice, une source d'inspiration accessible à tous - Ban Ki-Moon, secrétaire général des Nations-Unies

On se souviendra de lui comme une personnalité qui a mis l'accent sur le besoin de réconciliation. Son rôle était indispensable. - Frederik De Klerk, co-prix Nobel de la Paix de Nelson Mandela

Il nous a appris à vivre ensemble - Desmond Tutu

Pour l'archevêque Desmond Tutu, un autre héros de la lutte anti-apartheid et prix Nobel de la paix, "au cours de 24 années (depuis sa libération) Madiba nous a appris comment vivre ensemble et croire en nous-mêmes et en chacun. Il a été un unificateur à partir du moment où il est sorti de prison" en février 1990.

Deux jeunes femmes se recueillent devant le domicile de Mandela à Johannesburg
Deux jeunes femmes se recueillent devant le domicile de Mandela à Johannesburg © REUTERS/Siphiwe Sibeko

Dès l'annonce de sa mort, la foule a afflué devant le domicile de Neson Mandela

Chants et danses pour certains. Recueillement pour d'autres. Plusieurs centaines de personnes de se sont réunies dans la nuit, dés l'annonce de la mort de Nelson Mandela, pour une veillée improvisée devant le domicile de Madiba à Johannesburg.

L'atmosphère était plus à la célébration qu'au recueillement, jeunes et vieux agitant des drapeaux, entonnant hymne national et chants anti-apartheid, criant des "Vive Mandela", tenant des chandelles, tandis que la police avait interdit le quartier à la circulation.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.