Loïck est pompier volontaire depuis vingt ans. Depuis trois ans, il traite les appels dans un centre opérationnel départemental d'incendie et de secours, un Codis. Son service reçoit entre 60 000 et 80 000 appels par an. Il a contacté France Inter pour raconter son ras-le-bol.

Dans les centres opérationnels départementaaux d'incendie et de secours, des professionnels, comme Loïck, aiguillent jour et nuit les missions d'urgence.
Dans les centres opérationnels départementaaux d'incendie et de secours, des professionnels, comme Loïck, aiguillent jour et nuit les missions d'urgence. © AFP / Julien Mattia/NurPhoto

Un cri hystérique puis le rire nerveux des opérateurs du centre opérationnel départemental d'incendie et de secours (Codis). Il est environ 2 heures du matin le 27 janvier, Loïck répond pour la dixième fois à la même personne :

"– Je pète un câble monsieur. Arrêtez-moi, arrêtez-moi.   – Je vous ai envoyé une ambulance, vous avez refusé d'aller à l'hôpital.   – Vous ne m'entendez pas [cri] ?   – Continuez de gueuler, ça ne me gêne pas, je suis payé pour ça.   – Je t'emmerde [cri].   –  C'est normal, je suis fonctionnaire."

1'17

"Imaginez la même personne qui vous appelle 80 fois. Vous pétez un câble."

Par Thibault Lefèvre

Un ton badin, presque provocateur… Loïck connaît bien son interlocutrice, une femme dépressive, souvent alcoolisée, qui, à chaque appel, dit vouloir se suicider puis refuse systématiquement de suivre les ambulanciers.

1 appel sur 5 n'est pas pertinent

"A un moment, il y a des gens, on a envie de leur dire merde. Des fois, on dépasse la limite, des fois, on a certainement des propos... Une insulte de trop, une journée un peu plus pourrie et un gros mot sortira."

Imaginez la même personne qui vous appelle 80 fois. Vous pétez un câble.

"Imaginons que j'apprenne que cette dame, qui appelait pour mettre fin à ses jours au départ, s'est pendue le lendemain. Je pense que je serais au fond du trou."

Chaque année, sur les 60 000 à 80 000 appels que reçoivent les quatre opérateurs du Codis de Loïck, 20 % sont des erreurs, des canulars ou des insultes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.