[scald=103983:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Le cinéaste et écrivain français Pierre Schoendoerffer, qui a réalisé "La 317e section" et le "Crabe-tambour", est mort mercredi à Paris à l'âge de 83 ans, a-t-on appris auprès de l'Académie des beaux-arts.

Le réalisateur a tiré une grande partie de son oeuvre de son expérience de la guerre d'Indochine et la vie de ce baroudeur se confond avec les pages d'un livre d'aventures.

Il s'était engagé à 19 ans comme mousse sur un chalutier avant de rejoindre en 1953, à 24 ans, le corps expéditionnaire français en Indochine comme cameraman aux armées.

Fait prisonnier à la bataille de Diên Biên Phu, en 1954, il sera libéré après trois mois de détention dans un camp Viêt-minh.

Démobilisé, le jeune homme est resté dans la région, devenant correspondant de guerre pour le magazine Life. Il a été ensuite sur tous les fronts, du Vietnam à l'Algérie, menant une triple carrière de grand reporter, écrivain et cinéaste.

En 1963, "La 317e section", roman largement autobiographique, révélera ce que fut l'enfer de l'Indochine. Il obtiendra le prix Interallié six ans plus tard pour "L'Adieu au roi" et celui du roman de l'Académie française en 1976 pour "le crabe tambour".

Comme réalisateur, Pierre Schoendoerffer, qui admirait Joseph Kessel, a adapté à l'écran le roman de ce dernier "La passe du diable" en 1958.

En 1968, il a obtenu l'oscar du meilleur documentaire avec "La Section Anderson", récit d'une unité de combat américaine durant la guerre du Vietnam.

En 1978, le "Crabe-tambour", qui raconte l'histoire d'un officier de marine dévoré par le cancer, a obtenu trois césars. Pierre Schoerndoerffer a également réalisé en 1982 "L'honneur d'un capitaine", inspiré de la guerre d'Algérie.

Pierre Schoendoerffer était vice-Président de l'Académie des beaux-arts.

"Je rends hommage au réalisateur du Crabe-tambour, Pierre Schoendoerffer, légende du cinéma français et romancier de talent", écrit la présidente du Front national Marine Le Pen sur son compte Twitter.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.